NOUVELLES

Un suspect arrêté au Québec en lien avec le python qui a tué deux garçons au Nouveau-Brunswick

05/02/2015 02:29 EST | Actualisé 07/04/2015 05:12 EDT
Facebook

CAMPBELLTON, - Une personne a été arrêtée au Québec en lien avec la mort de deux jeunes garçons asphyxiés par un python, au Nouveau-Brunswick, en août 2013, ont annoncé la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et l'avocat du suspect.

Jean-Claude Savoie a été arrêté jeudi dans la région de Montréal, a confirmé son avocat, Leslie Matchim, mais il ignore quelles accusations pourraient être portées contre lui.

Selon les informations obtenues par La Presse Canadienne à l'été 2013, Jean-Claude Savoie serait le propriétaire de la boutique d'animaux exotiques, Reptile Ocean, située au rez-de-chaussée de l'appartement où dormaient les deux garçons.

M. Savoie a déménagé dans la région de Montréal après l'incident qui a coûté la vie aux deux enfants, a indiqué Me Matchim.

«Ce n'était certainement d'aucune façon une tentative de fuir quoi que ce soit, a dit l'avocat en entrevue. J'ai mentionné à plusieurs occasions à la police où il se trouvait.»

Plus tôt jeudi, la caporale Chantal Farrah, de la GRC, avait annoncé qu'une personne avait été arrêtée, qu'elle était détenue au Québec et qu'aucune accusation n'avait encore été portée. Une enquête est en cours.

Noah et Connor Barthe, respectivement âgés de quatre et six ans, sont morts à Campbellton, alors qu'ils dormaient chez un ami, dans un appartement est situé à l'étage du Reptile Ocean.

La GRC avait alors expliqué que le serpent de 45 kilos s'était échappé d'un vivarium dans l'appartement et s'était infiltré dans le système de ventilation qui, sous le poids du reptile, avait cédé. Le serpent de 4,3 mètres de long était alors tombé dans le salon, sur les garçons qui dormaient. Ils sont morts asphyxiés, a révélé l'autopsie.

En mai dernier, Me Matchim avait dit avoir été informé par la GRC qu'aucune accusation ne serait portée contre Jean-Claude Savoie. Selon l'avocat, l'enquêteur en chef lui avait dit, en décembre 2013, que la GRC avait fait réviser le dossier par des collègues de Halifax et Campbellton et par un procureur de la Couronne du Nouveau-Brunswick, et que tous avaient conclu que des accusations criminelles ne s'appliqueraient pas.

Or, la GRC a affirmé qu'aucune décision n'avait été prise quant aux accusations, et en juillet dernier, après avoir conclu son enquête, elle a remis le dossier à la Couronne.

La possession d'un python de Seba exige un permis au Nouveau-Brunswick depuis 1992. Seuls les zoos accrédités peuvent obtenir ces permis.

Vingt-trois reptiles interdits avaient été saisis dans l'animalerie de M. Savoie après la mort des garçons. Quatre alligators d'Amérique saisis avaient été euthanasiés.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick avait mis sur pied un comité pour réévaluer les lois de la province en matière de possession d'animaux exotiques. Un rapport est attendu à la fin du mois de mars.