NOUVELLES

L'Iran riposte à Charlie Hebdo avec un concours de caricatures sur l'Holocauste

03/02/2015 06:56 EST | Actualisé 03/02/2015 06:56 EST
Wikimedia Commons

L'Iran n'a vraiment pas apprécié la caricature du prophète Mahomet réalisée en "une" du dernier Charlie Hebdo. Si Téhéran a dénoncé le massacre perpétré le 7 janvier à Paris, le régime iranien a critiqué cette couverture, qui montre sous le titre "Tout est pardonné" un Mahomet larme à l’œil, arborant le panneau "Je suis Charlie".

Par la voix du porte-parole de sa diplomatie, l'Iran a ainsi condamné un "geste insultant" du journal français, estimant que le dessin réalisé par Luz "porte atteinte aux sentiments des musulmans". Plusieurs manifestations anti-Charlie ont eu lieu dans le pays et un journal iranien a même été interdit pour avoir tenté de publier "Je suis Charlie" en "une".

Caricatures contre caricatures

Comme le rapporte The Independent citant une information du Tehran Times, une nouvelle étape vient d'être franchie avec le lancement d'un concours de caricatures sur l'Holocauste. Un concours organisé à l'initiative de la Maison de la bande-dessinée iranienne, liée à la municipalité de Téhéran, ainsi que du centre culturel Sarcheshmeh.

Le vainqueur de ce concours recevra la somme de 12 000 dollars, le deuxième 8000 dollars et le troisième 5000 dollars, précise The Independent. Les oeuvres doivent ensuite être exposées au Musée d'art contemporain de la Palestine, ainsi que dans différents lieux de la capitale iranienne.

En 2006, le journal iranien Hamshahri avait déjà lancé un concours de caricatures de l'Holocauste pour dénoncer ce qu'il considérait comme une "hypocrisie occidentale" au sujet de la liberté d'expression. Dénoncé par Israël et les organisations juives, ce concours était une riposte à la publication par le journal danois Jyllands-Posten (puis, notamment, par Charlie Hebdo) de caricatures représentant Mahomet.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les dessinateurs rendent hommage à Charlie Hebdo