NOUVELLES

L'humble Carey Price encensé par ses coéquipiers

31/01/2015 05:41 EST | Actualisé 02/04/2015 05:12 EDT
Jared Silber via Getty Images
NEW YORK, NY - JANUARY 29: Carey Price #31 and Brandon Prust #8 of the Montreal Canadiens celebrate after a 1-0 win over the New York Rangers at Madison Square Garden on January 29, 2015 in New York City. (Photo by Jared Silber/NHLI via Getty Images)

MONTRÉAL - Carey Price connaît possiblement ses meilleurs moments en carrière dans la LNH. Vous ne l'entendrez pas l'affirmer, mais ses coéquipiers ne se font pas prier pour l'encenser.

«Au moment où vous pensez qu'il ne peut pas être meilleur, il est encore meilleur, a lancé l'attaquant Lars Eller, à l'issue de la courte victoire du Canadien contre les Capitals de Washington. Il joue le meilleur hockey de sa vie. Il est une source d'inspiration pour nous tous.»

Max Pacioretty a ajouté que même en privé, Price ne dira pas qu'il joue bien.

«Vous voulez rire, il n'y a aucune chance, a répondu Pacioretty. Il (Price) est tellement humble. Son père était dans l'entourage de l'équipe au retour de la pause du match des étoiles. Je l'observais et de la façon qu'il interagit avec les gens, c'est Carey en peinture. Vous voyez que la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre. Tous deux dégagent une confiance en eux qui n'a rien de l'arrogance. Ils vaquent à leur affaire sans faire de bruit. On voit que Carey a reçu une bonne éducation. J'estime que son attitude y est pour beaucoup dans ses succès personnels. C'est ce qu'il fait qu'il est très solide psychologiquement comme gardien.»

Le Canadien joue actuellement avec énormément de confiance devant Price, et ce n'est sans doute pas étranger au fait que l'équipe soit «à l'aise de disputer des matchs très serrés», comme l'a relevé Michel Therrien.

L'entraîneur commence à être quelque peu las d'avoir à commenter les prouesses du gardien vedette.

«Tes meilleurs joueurs doivent être les meilleurs, et ça adonne que Carey est un de nos meilleurs. Il nous aide énormément à remporter des matchs», a-t-il réagi, quand on lui a demandé s'il était à court de mots face au brio de son gardien.

Price, qui a fait abaisser sa moyenne de buts accordés par match à 2,03, a été le plus loquace quand on lui a posé des questions au sujet de la protection accrue qu'on devrait accorder aux gardiens.

À quelques reprises samedi, il a été bousculé par les imposants attaquants des Caps, par Troy Brouwer entre autres.

«Nous sommes totalement vulnérables, a-t-il déploré. C'est de plus en plus difficile pour les défenseurs de repousser les attaquants et de les empêcher de nous foncer dessus. Nous devons garder la tête haute, j'imagine.»

Rythme cassé

Pour revenir au match, Therrien a dit que ses troupiers l'avaient bien amorcé, avant de commencer à écoper des pénalités.

«Nous avons perdu le rythme en raison des pénalités. Nous savions que les Capitals possèdent un excellent jeu de puissance (troisième meilleur de la LNH). Ils ont pris l'initiative, même s'ils n'ont pas marqué. Nous avons réussi à passer au travers.»

Le Canadien a vu Price se mettre en évidence et l'équipe a joué de chance, particulièrement au cours des deux pénalités d'affilée en deuxième période.

«Carey nous a beaucoup aidé en infériorité et nous avons eu des bonds favorables, a noté Pacioretty. Les Capitals ont frappé deux poteaux au cours de la seconde pénalité. Cela dit, j'estime que nous avons bien fait en infériorité.»

Le Tricolore a blanchi les Capitals en cinq occasions et il a été 0-en-3 avec l'avantage d'un patineur.

Thomas hargneux

«Ce que je retiens, c'est notre rendement en troisième période, a repris Therrien. Nous avons été très combatifs.»

Le jeune Christian Thomas a été un des attaquants les plus pugnaces en troisième. Au total de la journée, il a obtenu six tirs, soit le même nombre que Plekanec et un de moins que Pacioretty. Therrien n'a pas hésité à récompenser ses efforts, en le mutant à la place de Brandon Prust au sein du trio de Lars Eller, avec Jiri Sekac.

«Il patinait bien et il était vite pour récupérer la rondelle libre, a commenté Therrien. C'est la raison pour laquelle j'ai fait le changement de trio.»

Thomas a joué avec la fougue qu'il avait affichée au cours du dernier camp d'entraînement.

Ovechkin, «un monstre»

À un moment donné pendant les deux attaques massives des Capitals en deuxième période, Alex Ovechkin a effectué une seule présence de 4:17! Même si la présence a été entrecoupée d'une pause télé, Pacioretty n'en revenait pas quand on lui a souligné la chose.

«C'est un monstre, une force de la nature, a-t-il dit, en parlant de l'attaquant vedette des Caps. Je le regardais pendant la période de réchauffement et il faisait plier son bâton facilement à l'aide d'une seule main. Je n'ai vu qu'Andrei Kostitsyn être capable de faire ça. Ces gars-là possèdent une force brute naturelle. C'est inné chez eux. Ça ne s'enseigne pas.»

Ovechkin a été utilisé dans 25:18 minutes d'action et huit des 10 lancers qu'il a décochés ont été cadrés. Il était sur la patinoire pour le seul but réussi en prolongation.

INOLTRE SU HUFFPOST

Canadiens de Montréal vs. Capitals de Washington, 31 janvier 2015