POLITIQUE

Ottawa estime qu'on peut gagner 120 000 $ et faire partie de la classe moyenne

27/01/2015 02:45 EST | Actualisé 29/03/2015 05:12 EDT
Shutterstock
happy mixed race baby boy and...

OTTAWA - Le ministre fédéral des Finances est catégorique: les deux tiers des avantages prévus par les mesures annoncées à l'automne par le gouvernement Harper pour «aider les familles à prospérer» iront aux ménages à faible et à moyen revenus.

Mais pour arriver à ce chiffre, il faut que la «classe moyenne» comprenne les familles gagnant jusqu'à 120 000 $, une méthode de classification socio-économique qui n'est pas partagée par tous.

Le ministère des Finances utilise cette définition lorsqu'il calcule le nombre de bénéficiaires des nouvelles mesures. Ainsi, selon Ottawa, 68 pour cent des avantages (les deux tiers) iront aux familles qui gagneront en 2015 jusqu'à 120 000 $, a appris La Presse Canadienne, grâce à la Loi d'accès à l'information.

Un chiffre que le ministre Joe Oliver a repris lundi, durant la période de questions aux Communes, en défendant les nouvelles mesures annoncées par son gouvernement pour soutenir les familles canadiennes.

Ce plan prévoit notamment le fractionnement des revenus pour les couples avec au moins un enfant, une mesure controversée qui coûtera 2 milliards $ par année au trésor public, et qui constituera vraisemblablement un élément-clé de la plateforme électorale des conservateurs cette année.

Leurs adversaires politiques soutiennent que cette mesure fiscale profitera aux riches mais n'apportera rien à 85 pour cent des ménages canadiens.

Mais qu'est-ce que la classe moyenne, exactement ? Il n'y a pas de définition universelle pour cette tranche socio-économique de la population, même si les politiciens en parlent souvent pour ratisser au plus large dans l'électorat.

Les économistes préfèrent utiliser des données statistiques pour définir cette classe moyenne, par exemple en isolant la tranche des 20 pour cent de revenus en plein milieu de l'échelle, tout simplement. D'autres utilisent le revenu médian — 50 pour cent des gens gagnent plus et 50 pour cent gagnent moins.

Statistique Canada fixait en 2012 ce revenu médian pour les ménages d'au moins deux personnes à 82 100 $, en incluant les transferts fédéraux mais avant les impôts. Dans son évaluation du programme de soutien aux familles, le ministère des Finances utilise aussi cette définition du revenu annuel — avant impôts mais après transferts fédéraux —, a confirmé un porte-parole.

Selon les données du gouvernement, 25 pour cent de l'aide annoncée par les conservateurs bénéficiera aux familles qui gagneront moins de 30 000 $ en 2015, 11 pour cent à celles dont les revenus se situent entre 30 000 $ et 60 000 $, 15 pour cent entre 60 000 $ et 90 000 $, et 17 pour cent pour les ménages qui gagnent entre 90 000 $ et 120 000 $. Prises ensemble, ces catégories socio-économiques représentent en effet 68 pour cent de l'aide supplémentaire totale qui sera consentie par Ottawa en 2015.

Les familles gagnant moins de 60 000 $ devraient profiter de mesures équivalant à 970 $, alors que celles dont les revenus se situent entre 60 000 $ et 120 000 $ bénéficieront d'une aide moyenne de 1219 $. Les familles qui gagnent plus de 120 000 $ profiteront de 32 pour cent des mesures annoncées: 1183 $ en moyenne pour les ménages qui gagnent entre 120 000 $ et 180 000 $, et 1452 $ pour celles aux revenus de plus de 180 000 $.

Toutes ces mesures devraient priver le gouvernement fédéral de 4,62 milliards $ de revenus fiscaux en 2015, et de 26,7 milliards $ entre 2014-2015 et 2019-2020.

Outre le fractionnement des revenus, les mesures annoncées par le gouvernement conservateur en octobre dernier comprennent aussi la bonification de la Prestation universelle pour la garde d’enfants et une majoration de la déduction pour frais de garde d’enfants. Le gouvernement a aussi doublé, à 1000 $, le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants.


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter