POLITIQUE

Consultation nationale du PQ: les militants veulent un référendum à «brève échéance» (VIDÉO)

27/01/2015 04:44 EST | Actualisé 27/01/2015 06:58 EST

Il faut bâtir l'argumentaire souverainiste et limiter les spéculations sur la mécanique référendaire, estiment les militants du Parti Québécois.

Un texte de Davide Gentile

C'est ce qui ressort du document qui découle de la consultation effectuée par le PQ auprès de centaines de militants avant Noël et dont Radio-Canada a obtenu copie. Intitulé « Bilan et propositions » le texte sera au centre des discussions lors du conseil national qui se tiendra les 7 et 8 février à Laval.

Bilan sévère de la dernière campagne

Sans grande surprise, « une grande majorité des membres » sont d'avis que la principale faiblesse du PQ se situait au niveau des communications.

« L'incohérence » de certains messages et « l'ambiguïté » du PQ sur l'indépendance auraient plombé le parti. Cependant on souligne la qualité de l'équipe de candidats et la mobilisation des militants, deux forces lors de la dernière campagne.

Améliorer l'argumentaire souverainiste

C'est le devenir économique d'un Québec indépendant qui suscite le plus de questions lorsque vient le temps de promouvoir la souveraineté. Les militants exigent donc des données « succinctes » pour contrer ces arguments.

Pour convaincre les jeunes : axer le discours souverainiste sur la question environnementale. Et pour gagner les néo-québécois, mettre l'accent sur la place qu'ils auraient dans un Québec souverain et sur les valeurs « sociales, démocrates et laïques » de la société québécoise.

« L'argumentaire en faveur de la souveraineté n'est pas suffisamment résolu, cohérent et efficace. »

Un référendum plus tôt que tard

Selon ce document « plusieurs » militants considèrent que le parti s'embourbe dans la mécanique référendaire. « La discussion sur l'échéancier référendaire occulte celle du bien-fondé de notre option » peut-on lire.

Le PQ a utilisé une « boussole électorale » pour consulter environ 500 membres. Une majorité serait en faveur d'un « référendum à brève échéance ». Toujours selon les auteurs du document, « une importante majorité » pense que la souveraineté soulève peu d'intérêt parce que le parti « n'en fait pas suffisamment la promotion ».

Recréer une large coalition au PQ

Les militants consultés estiment que la promotion « active et décomplexée » de l'indépendance suffirait à rallier les souverainistes de toutes les tendances.

On souhaite donc recréer une « large coalition » au PQ, mais du même souffle, on indique que cette coalition ne restreindrait pas la capacité du parti à mettre en oeuvre des politiques « sociales démocrates ». Mais on précise que la priorité doit être de vendre l'indépendance, un projet qui n'est pas l'apanage de la droite ou de la gauche.

Réaffirmer l'objectif premier du PQ

Personne ici ne remet en question l'article 1 du programme du PQ : faire la souveraineté. Mais on souligne qu'il faut déployer plus d'efforts auprès des jeunes et « inclure » les néo-québécois dans le projet.

Ce document sert à mettre la table pour le congrès péquiste de 2015 qui mènera à l'adoption d'un nouveau programme en 2018. Ces propositions n'ont rien de définitif et seront l'objet de discussions au conseil national du PQ qui aura lieu les 7 et 8 février à Laval.

Autre élément majeur de ce week-end péquiste, on devrait y apprendre combien de débats seront organisés par le parti dans le cadre de la course à la direction.

Une large consultation

La commission politique a rédigé son rapport après avoir analysé 93 rapports de consultations effectués dans autant de circonscriptions. Les auteurs affirment « qu'environ 2500 membres » du PQ ont participé aux différentes consultations.

Un sondage téléphonique aurait aussi été réalisé, mais on ne mentionne ni la date à laquelle il a été effectué ou l'échantillonnage. Les auteurs précisent qu'il ne s'agit pas de données « homogènes » et qu'on ne peut en tirer de portrait statistique « précis ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Référendum de 1995: et le NON l'emporta!