POLITIQUE

Députée «fantôme»: malaise dans la circonscription de Verchères-Les Patriotes

27/01/2015 04:01 EST | Actualisé 27/01/2015 04:01 EST
Radio-Canada.ca

Les révélations sur le manque de travail de la députée fédérale Sana Hassainia suscitent la consternation, particulièrement dans sa circonscription de Verchères-Les Patriotes. Le malaise est perceptible chez plusieurs élus locaux qui étaient bien au fait de la situation, sans pour autant l'avoir dénoncée.

Un reportage de Thomas Gerbet

« Scandale », « intolérable »... le député provincial de Verchères, Stéphane Bergeron a été un des premiers à réagir à la publication des absences quasi permanentes de la députée indépendante. Il faut dire que ces révélations ne sont pas une surprise pour lui : « Ça fait quatre ans que j'espère qu'un journaliste s'intéresse à cette situation », avoue-t-il.

« Ruth Ellen Brosseau était à Las Vegas lors des dernières élections. Et bien nous, dans la circonscription, on a l'impression que la nôtre y est toujours. »

— Le député provincial de Verchères Stéphane Bergeron

Le député péquiste, ancien élu fédéral du Bloc, raconte que plusieurs organismes communautaires du comté n'invitent même plus la députée Hassainia à leurs événements, « parce qu'elle ne vient pas, elle ne répond même pas ». Des citoyens téléphonent même au bureau du député provincial pour régler des dossiers de juridiction fédérale.

Une ancienne employée de circonscription de Sana Hassainia nous a raconté que celle-ci avait plusieurs fois refusé de faire part à un ministre d'un dossier de citoyen en répondant qu'elle n'avait pas le temps et que c'était inutile puisque ça ne mènerait à rien.

  • Salaire de base d'un député fédéral à Ottawa : 163 000
  • Salaire de base d'un député provincial à Québec : 88 000

Les maires de la circonscription hésitent à commenter

Le malaise est perceptible chez plusieurs maires des 11 villes de la circonscription. Ceux de Varennes et Verchères n'ont pas répondu à nos demandes d'entrevue. La mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, également présidente de l'Union des municipalités du Québec, a même refusé notre demande. « Elle ne fera pas de commentaire », nous a répondu son attachée de presse, Julie Martin.

Rencontré en personne, le conseiller municipal suppléant de Contrecoeur, Mario Gervais, nous a d'abord dit ne pas être au fait de la situation : « Quand on ne connaît pas le dossier, c'est difficile de se prononcer ». Puis, il avoue : « J'étais quand même un petit peu au courant, on ne vit pas dans une bulle ».

Des citoyens veulent réagir

Sur le stationnement du Costco de Boucherville, Réjean remonte dans sa voiture où il a entendu le reportage à la radio de Radio-Canada. « C'est un peu choquant, d'autant plus que ces gens-là sont payés pour nous représenter. Ce n'est pas comme si c'était des bénévoles ».

Sa conjointe Line précise que le couple vit proche du bureau de circonscription de Sana Hassainia à Varennes : « On ne l'a jamais croisée ».

« Je me suis dit qu'à chaque fois que je vais passer près de son bureau, je vais aller cogner à la porte, voir si elle est là. C'est ce que je me promets. »

— Line, une citoyenne de Varennes, dans la circonscription de Sana Hassainia

La députée pose une question à la Chambre des communes

Quelques heures après la publication de notre reportage, la députée indépendante a fait une rare intervention au Parlement. Elle s'est adressée au gouvernement pour parler du cas du blogueur saoudien Raïf Badawi. L'an dernier, elle s'est ainsi levée huit fois en Chambre pour intervenir lors des débats.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?