NOUVELLES

Tim Hortons: des coupures de postes à prévoir au siège social et dans les bureaux régionaux

26/01/2015 03:55 EST | Actualisé 26/01/2015 03:56 EST
CP

Tim Hortons pourrait couper dans le gras à la suite de son union avec Burger King, selon le Financial Post qui cite des sources proches du dossier.

L'article suggère que le nombre d'employés dans divers départements pourrait diminuer de plus de moitié et que les bureaux régionaux seraient les plus touchés. L'une des sources du Financial Post croit que des bureaux écoperont de mises à pied plus importantes que prévu.

LIRE AUSSI: Un client insatisfait chez Tim Hortons lance un serpent

Ces prédictions concordent avec l'étude du Centre canadien des politiques alternatives datant d'octobre dernier. Elle prévoyait des mises à pied et des mesures strictes de réduction des coûts, à l'image des anciennes acquisitions réalisées par la firme de placement privé brésilienne 3G Capital.

Selon le rapport, le financement de dette de 3G Capital pourrait forcer Tim Hortons ¸à mettre à pied plus de 700 employés - soit 44 pour cent de sa main-d'oeuvre hors restaurants - pour tenter de gérer la dette de la nouvelle entité.

Sans de solides engagements additionnels garantissant qu'aucun emploi ne sera perdu, la transaction pourrait bien ne pas se faire à l'avantage net du Canada, a estimé l'économiste principal David Macdonald, qui était impliqué dans la préparation du rapport.

Le gouvernement fédéral a approuvé la prise de contrôle de la chaîne de cafés, en décembre dernier, par le géant américain Burger King Worldwide après avoir obtenu de ce dernier des engagements quant au nombre d'emplois.

En plus de son siège social à Oakville, en Ontario, Tim Hortons possède des bureaux régionaux au Québec, en Colombie-Britannique, en Alberta, en Nouvelle-Écosse et en Ohio, aux États-Unis.

Les tensions seraient vives au siège social de Tim Hortons depuis que 3G Capital a décidé de déménager dans les bureaux le mois dernier. Deux membres exécutifs haut placés, dont le patron de la division américaine, ont démissionné lors de leur arrivée.

Depuis que la fusion entre Burger King et Tim Hortons a été annoncée en août, certains analystes et franchisés ont soulevé des questions quant à la réputation de 3G Capital en ce qui a trait aux cures d'amaigrissement imposées aux actifs des sociétés qu'elle a rachetées, dans le but de faire croître les profits.

Avec la Presse Canadienne.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les beignets Tim Hortons par calories