NOUVELLES

Les dignitaires du monde rendent hommage au roi Abdallah

24/01/2015 11:20 EST | Actualisé 26/03/2015 05:12 EDT
YOAN VALAT via Getty Images
French President Francois Hollande (R) is welcomed by the Governor of the Riyadh Province, Turki bin Abdullah al-Saud (L) upon his arrival at Riyadh airport on January 24, 2015. World leaders headed to Saudi Arabia on January 24 to offer condolences following the death of King Abdullah. AFP PHOTO / POOL / YOAN VALAT (Photo credit should read YOAN VALAT/AFP/Getty Images)

RIYAD, Arabie saoudite - Plusieurs dignitaires étrangers sont arrivés en Arabie Saoudite, samedi, pour rendre hommage au défunt roi Abdallah, qui s'est éteint vendredi à l'âge de 90 ans.

Le ministre des Affaires étrangères de l'Iran Mohammad Javad Zarif a été un des premiers à atterrir à Riyad malgré les tensions entre les deux pays. Il s'est même fait accueillir sur le tarmac par le fils du roi, le prince Turki.

M. Zarif avait choisi de ne pas visiter le royaume saoudien il y a un an après que le ministre des Affaires étrangères Saud al-Faisal eût demandé à l'Iran de cesser son «occupation» en Syrie, au Yémen et en Irak. L'Iran nie avoir de ses soldats sur le territoire.

Le président des États-Unis Barack Obama et son homologue égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, sont attendus dans les prochains jours. Le prince japonais Naruhito, le roi espagnol Philippe VI, le roi jordanien Abdallah II, le prince danois Frederik et le prince britannique Charles, notamment, iront aussi offrir leurs condoléances à la famille royale saoudienne.

Plusieurs autres dignitaires européens, chinois et sud-coréens se rendront sur place bientôt. Des images de la télévision d'État montraient les présidents de la Mauritanie, du Sénégal et du Gabon qui arrivaient dans la capitale, samedi.

Le roi Abdallah, qui avait accédé au trône en 2005, a été enterré vendredi après-midi après des funérailles auxquelles ont assisté des dirigeants de la Turquie, du Qatar, du Koweït et du Bahreïn.

Le nouveau roi Salman, qui a succédé à son frère, a rencontré vendredi soir le plus haut dirigeant religieux de l'Arabie Saoudite, Abdul-Aziz Al-Sheikh, qui lui a recommandé de «craindre Dieu en privé et en public» afin de travailler sincèrement en tout temps.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter