NOUVELLES

Nouveau complexe hospitalier à Québec : les déplacements des patients analysés (VIDÉO)

23/01/2015 02:14 EST | Actualisé 23/01/2015 02:15 EST

Diminuer le plus possible les déplacements des patients et les délais d'attente représente une priorité pour les gestionnaires du nouveau complexe hospitalier qui doit voir le jour près de l'Enfant-Jésus.

Des médecins, des professionnels et même des patients ont été mis à contribution ces derniers mois pour définir le fonctionnement idéal pour le nouvel hôpital. Les nombreux déplacements des patients ont été identifiés comme une problématique qui doit à tout prix être améliorée, soutient le directeur clinique du futur complexe, Jacques Hémond.

À l'heure actuelle, la coordination des soins fait défaut dans plusieurs hôpitaux au Québec. « Tout ça tourne autour d'une meilleure expérience du patient », explique M. Hémond.

« Ce qu'on constate souvent dans le fond c'est que chaque employé, chaque clinicien qui travaillent à l'hôpital est souvent plus cantonné dans un secteur et c'est le patient dans le fond qui a à se déplacer d'un secteur à l'autre », précise l'architecte principale du projet, Caroline Gagnon.

Des patients suivis pas à pas

Les déplacements de cinq patients qui représentent environ 80 % de la clientèle ont été étudiés pour dresser un portrait de la situation.

À l'aide de fils de différentes couleurs, leurs déplacements ont été repris sur un tableau. L'exercice démontre clairement qu'un patient doit effectuer plusieurs allers et venues dans l'hôpital pour consulter différents spécialistes ou suivre des traitements.

Le patient atteint de cancer est celui qui a dû effectuer les plus longs déplacements dans le cadre de la démonstration.

« On fait ça dans le fond pour se sensibiliser tout le monde à l'impact que l'environnement a sur notre façon de travailler », explique Mme Gagnon.

La démarche lean utilisée pour planifier les besoins cliniques du projet estimé à 2,1 milliards de dollars est une première au Québec.

« Dans une démarche de planification lean, ce qu'on veut c'est d'abord travailler à partir de la trajectoire des patients, c'est de regarder comment se font les trajectoires et d'identifier quels sont les problématiques pour pouvoir mettre le patient au centre de toute la trajectoire de soins », ajoute l'architecte.

Un patient, Robert Gonthier a pris part à l'expérience. Ses déplacements ont été suivis pas à pas. Au cours des derniers mois, M. Gonthier a été hospitalisé deux fois et a visité l'urgence à de nombreuses reprises, sans compter ses séjours en consultations externes.

« Lorsqu'on attend quatre heures pour un traitement de trois heures ça devient frustrant, a-t-il témoigné jeudi. Qu'on nous demande notre avis, je trouve que c'est très positif. »

Un défi de taille

À la lumière des observations, les plans du nouveau complexe seront adaptés pour s'assurer un fonctionnement optimal. Le défi est tout de même de taille étant donné la dimension imposante du nouvel édifice.

Conserver une dimension humaine au projet doit tout de même demeurer au coeur des préoccupations, soutient le chef du service de neurologie à l'Enfant-Jésus.

« Ça va être gros comme le Centre Bell à Montréal, mais il ne faut pas que la personne qui reçoit des soins ait l'impression d'être au Centre Bell », affirme le Dr Richard Desbiens.

Les rencontres préparatoires vont se poursuivre parallèlement pour s'assurer que le transfert des services de l'Hôtel-Dieu de Québec dans le nouvel hôpital se passe bien.

L'ouverture du mégahôpital de 700 chambres est prévue en 2025.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens