NOUVELLES

Le gouvernement Harper alimente une grande confusion sur l'économie, assure Ralph Goodale

20/01/2015 03:10 EST | Actualisé 22/03/2015 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Canadian Finance Minister Ralph Goodale arrives at the G8 Finance Ministers meeting at Lancaster House in London, Friday June 10, 2005. Britain and the United States have overcome their differences over debt relief, setting the stage for a potentially historic agreement among G8 countries this weekend to cancel US$15 billion owed by the world's poorest countries. (AP Photo/Alastair Grant)

LONDON, Ont. - Des hauts responsables gouvernementaux estiment que la contradiction apparente entre les ministres Jason Kenney et Joe Oliver sur les moyens d'atteindre l'équilibre budgétaire est une tempête dans un verre d'eau.

Le ministre des Finances, Joe Oliver, a annoncé la semaine dernière que le dépôt du budget serait reporté au moins jusqu'en avril en raison de la chute des cours du pétrole. M. Oliver a assuré que le gouvernement était encore sur la voie de l'équilibre budgétaire pour 2015-2016, et qu'il irait chercher le nécessaire dans son fonds de prévoyance de 3 milliards $ pour compenser la perte des revenus pétroliers.

Mais au cours de la fin de semaine, le ministre fédéral de l'Emploi, Jason Kenney, a contredit M. Oliver, disant que le gouvernement ne dilapiderait pas son fonds de prévoyance et devrait peut-être avoir à imposer d'autres restrictions des dépenses pour équilibrer le budget.

Un haut responsable gouvernemental a ensuite contredit M. Kenney, disant que de nouvelles réductions de dépenses n'étaient pas envisagées et laissant entendre que le fonds de prévoyance pourrait être utilisé pour équilibrer le budget.

Mardi, bien que personne n'ait voulu se prononcer publiquement, des sources gouvernementales ont affirmé que M. Kenney — qui n'a pas été partie prenante de toutes les discussions prébudgétaires et des prises de décisions — s'était simplement mal exprimé lors de ces entrevues.

Lorsque questionné sur ces contradictions, lors d'un événement, mardi, à Montréal, le ministre de la Justice, Peter MacKay, a affirmé que le budget serait équilibré d'une manière prudente et responsable, indépendamment du prix du pétrole.

«Je crois que les Canadiens seraient d'accord pour dire que vivre selon ses moyens et tenter de faire fructifier son argent sont des préoccupations communes des gens qu'ils gèrent un ministère gouvernemental, une entreprise ou un ménage», a fait valoir M. MacKay.

Des porte-parole de l'opposition ont fait leurs choux gras, mardi, de la confusion sur les moyens d'atteindre l'équilibre budgétaire.

Ralph Goodale, ancien ministre libéral des Finances, affirme que le gouvernement Harper envoie un message confus en ce qui a trait à sa gestion de l'économie.

L'actuel leader adjoint du Parti libéral a fait valoir que le gouvernement avait livré son message n'importe comment depuis que le ministre des Finances, Joe Oliver, a annoncé le report du budget en raison de la chute des cours du pétrole.

M. Goodale, qui était mardi à London, en Ontario, pour un caucus libéral, a soutenu que les messages contradictoires reflétaient un gouvernement ne sachant pas ce qu'il faisait en pleine période d'incertitude économique.

«Ce gouvernement a vraiment bâclé sa gestion de l'économie et son message sur l'économie, a argué le leader adjoint du Parti libéral. Tout ce qu'ils ont fait dans la dernière semaine a renforcé la notion de confusion et d'incertitude.»

«Il s'agit d'un gouvernement échoué en mer. Ils ont vidé leur réservoir et livrent un message de confusion», a poursuivi M. Goodale.

Par communiqué, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a soutenu que le gouvernement débattait sur deux choix «essentiellement mauvais»: réduire encore les services ou dépenser le fonds de prévoyance.

Le parti dirigé par Thomas Mulcair a aussi déclaré que le gouvernement devrait plutôt mettre fin au fractionnement du revenu, «un système injuste qui ne profite qu’aux plus riches et qui fait reculer les familles de la classe moyenne».

INOLTRE SU HUFFPOST

Biggest Risks To Canada's Economy In 2015 And Beyond