NOUVELLES

Caisses de retraite : la Ville de Québec fait le point sur le déficit (VIDÉO)

20/01/2015 01:02 EST | Actualisé 20/01/2015 01:03 EST

L'administration Labeaume entend réduire l'indexation des rentes des retraités et des futurs retraités de la Ville de Québec pour éponger les déficits passés des caisses de retraite qui s'élèvent à 585 millions de dollars selon les plus récents calculs actuariels.

Le maire Régis Labeaume a annoncé lundi que la Ville veut mettre fin à l'indexation annuelle garantie au coût de la vie qui est versée aux retraités pour combler leur part du déficit.

La Ville de Québec assumera 72 % de la facture totale du déficit, soit 422 millions de dollars. Elle doit payer en totalité les déficits accumulés par les anciennes villes avant les fusions municipales, ce qui représente une somme de 259 millions de dollars.

Le reste, soit 326 millions de dollars, est séparé à part égale entre la Ville ainsi que les retraités et les travailleurs actifs, en vertu de la nouvelle loi sur les régimes de retraite des employés municipaux adoptée en décembre dernier.

La part des employés s'élève à 64 millions de dollars, tandis que les retraités doivent éponger 99 millions.

Régis Labeaume insiste sur le fait que ni les employés ni les retraités n'auront à mettre directement la main dans leur poche pour rembourser ces déficits. Leur rente de base ne sera pas touchée.

« Il n'y a pas un employé de la Ville qui va avoir un sou de pris sur sa paye pour payer le déficit et il n'y a pas un retraité qui va avoir un sou de pris sur son chèque de rente », soutient Régis Labeaume.

Selon les calculs actuariels présentés par la Ville, la réduction de l'indexation de retraite permettra de couvrir en totalité la part du déficit attribuée aux employés et aux retraités.

Il restera même un excédent qui leur permettra d'obtenir une indexation de leur rente qui est évaluée en moyenne à 38 % de celle qui est versée actuellement pour les travailleurs actifs et à au moins 47 % dans le cas des retraités. Pour ces derniers, l'indexation prend fin le 1er janvier 2017.

« Une indexation additionnelle sera possible selon les rendements des fonds dans le futur », ajoute M. Labeaume.

« Les citoyens de Québec s'endettaient pour garantir une pleine indexation aux retraités et pour les régimes de retraite à venir des employés de la Ville de Québec », justifie le maire.

Négociations à venir

De leur côté, les syndicats disent qu'ils vont tout de même payer puisque ce sont des avantages sociaux auxquels ils auraient eu droit, n'eût été du projet de loi 3 sur la réforme des régimes de retraite adopté en décembre dernier. C'est ce qu'affirme Jean Gagnon, président du syndicat des fonctionnaires municipaux de la Ville de Québec.

« Moi j'ai 290 millions (de dollars) qui m'appartenaient avant. Des employés de la Ville, la caisse retraite, on avait 290 millions qui nous appartenaient qui aujourd'hui ne nous appartiennent plus. Et ça, c'est à cause de la complicité du ministre Moreau. De dire que ça ne nous coûte rien, je m'excuse, mais c'est scandaleux », a-t-il lancé.

La Ville devra donc s'entendre avec les syndicats des six régimes de retraite visés pour adopter ces mesures.

« D'ici le 1er février, un avis sera envoyé par le directeur général de la Ville à toutes les organisations syndicales conformément à la loi pour leur indiquer que débutent des négociations pour appliquer la loi », précise Régis Labeaume.

La loi prévoit un an de négociations pouvant être prolongées de trois mois à deux reprises. En cas de litige, c'est un arbitre qui tranchera.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants