DIVERTISSEMENT

TVA : «La voix» démarre en trombe (VIDÉO)

18/01/2015 10:49 EST | Actualisé 19/01/2015 09:31 EST

La troisième édition québécoise de La voix s’annonce particulièrement relevée. Des candidats très talentueux aux registres variés, des coachs enthousiastes et convaincants (salutations à la recrue Pierre Lapointe qui sait se montrer séduisant auprès des participants, comme à son habitude, avec sa verve unique et une sincérité palpable) et un spectacle toujours aussi captivant, tous les éléments sont réunis pour réchauffer agréablement nos dimanches soirs d’hiver et, bien sûr, faire pétarader les cotes d’écoute.

Voici un petit aperçu des équipes qui se sont formées dimanche, alors qu’était officiellement lancée la mouture 2015 de La voix, avec la première ronde d’auditions à l’aveugle, sur les ondes de TVA.

Marc et Éric

Marc Dupré a déjà attiré deux jeunes gens très prometteurs dans son clan, David Paradis et Audrey Miscioscia. Il était rigolo d’entendre Marc supplier David et lui promettre «un montant de 5000$ dans une valise en petites coupures» si celui-ci acceptait de se joindre à lui dans l’aventure. David a démontré qu’il a de la graine de rockeur en interprétant avec aplomb Sex On Fire, de Kings Of Leon. Audrey, elle, s’est commise sur Who’s Loving You, popularisée par le groupe The Miracles, puis reprise par The Jackson Five.

Les réactions Twitter à la première de La voix

Éric Lapointe n’aurait pu laisser aller son amie Sylvie Desgroseillers, que le public connaissait déjà, notamment pour ses nombreuses participations à Belle et Bum, les spectacles musicaux Du rock à l’opéra et Génération Motown, qui a collaboré avec quantité d’artistes et a également lancé un album à son nom. La chanteuse a joué le tout pour le tout à La voix en poussant la note sur l’intemporelle Amazing Grace. Autre nouvelle protégée d’Éric Lapointe, la Montréalaise d’origine jamaïcaine Shaharah Sinclair a conquis l’auditoire (et son nouveau guide) avec son timbre soul et chaud.

Isabelle et Pierre

Isabelle Boulay a déjà recruté deux jolies filles, Mélissa Bel et Lili-Ann De Francesco. Alors que la première, blonde comme les prés, originaire de Burlington, en Ontario, a eu tous les coachs à ses pieds après avoir offert une relecture d’un tube des Beatles, la seconde, du haut de ses 15 ans, plus jeune aspirante de l’histoire de La voix «made in Québec», en a mis plein la vue et les oreilles avec Proud Mary, de Creedence Clearwater Revival (CCR), étalant ainsi une puissance surprenante compte tenu de sa physionomie délicate. Éric Lapointe la voulait tellement dans ses rangs qu’il est même allé prendre un selfie avec elle!

Enfin, Pierre Lapointe est peut-être le dernier arrivé dans les fauteuils rouges, mais il n’a pas l’intention de se laisser écraser pour autant. Il l’a prouvé en allant chercher trois visages qu’il espère emmener loin dans la saison. Jacques Rousseau est probablement celui qui lui ressemble le plus, avec une audace, une apparence et un style très particuliers. Sa prestation, sur Poupée de cire, poupée de son s’est jouée autant dans son regard et son sourire émerveillés, presque planants, et l’intensité de ses gestes, que dans sa voix qui rappelle clairement celle de Pierre Lapointe. On avait l’impression que le garçon était dans un moment de recueillement lorsqu’il chantait. Isabelle Boulay lui a fait remarquer que Pierre n’aurait rien à lui enseigner, espérant ainsi le convaincre de se rallier à elle… mais, qui se ressemble s’assemble, elle n’a pas eu gain de cause.

Sara Dufour a rassuré avec beaucoup d’affection les coachs qui lui promettaient la lune, de son charmant accent du Lac-Saint-Jean, mais a finalement jeté son dévolu sur Pierre Lapointe. La dynamique jeune femme a été fort efficace, guitare au cou, sur La question à 100$, de Bernard Adamus, un choix original pour un concours du genre. Enfin, sur les réseaux sociaux, on a comparé Mathieu Holubowski à Patrick Watson et à Bobby Bazini. Décontracté dans sa chemise carottée, s’accompagnant à la guitare, Mathieu n’avait quelques accords de grattés qu’Isabelle Boulay se pâmait déjà pour lui, au son de Burn, de Ray Lamontagne.

Les exclus

Parmi les participants qui ont tenté leur chance, mais n’ont pas été invités par les juges à demeurer dans la course, on se souviendra de William Monette, jeune comédien qu’on a vu dans le film Frisson des collines et 30 vies, dont la version toute personnelle de La dame en bleu valait qu’on tende l’oreille. Isabelle Boulay n’a pu s’empêcher de lui prodiguer des «becs en pincettes». Aussi, Laurence Pagé, qui a pourtant accumulé 32 millions de visionnements sur YouTube grâce à une vidéo où elle reprend Whistle, de Flo Rida, a peut-être mal évalué ses capacités en misant sur Riptide, de Vance Joy, pour susciter l’intérêt des coachs.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter