DIVERTISSEMENT

Première du «Ti-Mé Show» : le public était au rendez-vous

19/01/2015 07:33 EST | Actualisé 19/01/2015 07:34 EST
Courtoisie Radio-Canada

Ceux qui prédisaient une déconfiture totale à Claude Meunier et son Ti-Mé Show devront se raviser : 1 248 000 curieux étaient au poste, vendredi dernier, pour assister à la renaissance de Popa de La petite vie dans une formule talk-show, si on se fie aux données préliminaires de Numeris.

Évidemment, il faudra attendre de connaître les cotes d’écoute des prochaines semaines pour crier au succès retentissant ou à l’échec cuisant, mais une chose demeure certaine : le public attendait impatiemment Le Ti-Mé Show. Était-ce en raison de l’aura de négativisme qui entourait le projet depuis son annonce – le tournage n’était même pas commencé que plusieurs le condamnaient déjà – ou alors sommes-nous encore trop nostalgiques et attachés à La petite vie? Un peu des deux, probablement.

Du bon et du mauvais

Sur les réseaux sociaux, pendant la diffusion, les opinions étaient très partagées. Plusieurs ont soutenu que le concept manquait d’audace, qu’il n’offrait que du réchauffé de l’époque de La petite vie, qu’il n’était tout simplement pas drôle et qu’en ces temps difficiles sur le plan budgétaire, Radio-Canada aurait pu investir ailleurs que dans Le Ti-Mé Show.

D’autres se sont amusés des gags plutôt bon enfant de Ti-Mé et son acolyte, Pogo (Rémy Girard), et de l’enthousiasme communicatif de ses premières invitées, Julie Snyder et Ginette Reno.

Peu importe le point de vue, force est d’admettre que le personnage barbu de Claude Meunier occupe une position en or pour balancer des énormités qu’on n’entendra que rarement ailleurs. Un commentaire sur le poids de Julie Snyder et un gentil reproche concernant L’été indien, ce ne sont pas tous les animateurs qui pourraient se permettre de telles réparties. Ceci dit, c’est un couteau à deux tranchants, et des entrevues pourraient rapidement s’étioler et tourner à vide si les textes ne sont pas assez inspirés.

En revanche, d’autres gags tombaient carrément à plat («Ça fait quoi un co-animateur?» « En gros, ça se ferme la boîte!»). La visite de la maison en rénovations de Pierre Karl Péladeau et Julie Snyder était un bon reportage, mais s’étirait un peu. Les questions du «Ti-Banquier» ont permis à Julie de s’exprimer sur son image et sur Photoshop, des propos qu’elle ne tient pas souvent.

L’apparition de François Bellefeuille et de Réal Béland a ajouté un soupçon d’absurdité franchement bienvenue. Le topo de la policière interprétée par Valérie Blais aurait pu décaper, mais était beaucoup trop sage, et était un peu agaçant parce que filmé en été, alors qu’on est présentement au cœur de janvier et que la neige recouvre tout. Ça détonnait.

Ginette Reno et sa franchise proverbiale cadraient parfaitement dans le contexte du Ti-Mé Show. L’idée de la scie mécanique sur le bureau de Ti-Mé s’est avérée redondante à la fin de l’heure.

En somme, Le Ti-Mé Show est une proposition sympathique et légère, qui ne nous fera ni nous questionner ni réfléchir grandement, mais qui déridera les cœurs joyeux au sourire facile et qui, on le devine aisément, plaira plus aux baby-boomers qu’à la génération Y. Une proposition qui sied parfaitement dans sa case-horaire du vendredi, à 19h, et qui n’a jamais prétendu réinventer le genre humoristique. On est loin ici du ton grinçant des Beaux malaises, mais on sait que ce n’était pas là le mandat que s’était lancé Claude Meunier, de reproduire ce qu’il n’est pas. L’homme aspirait sans doute simplement à ravir à nouveau les inconditionnels de La petite vie qui sont peut-être encore nombreux à le complimenter à ce sujet.

À tout hasard, posons la question : serait-il devenu de bon ton de frapper sur Claude Meunier, étant donné l’impopularité de ses dernières créations (Adam et Ève, Détect.inc, le film Le grand départ, entre autres)? Les sombres pronostics accolés au Ti-Mé Show laissent croire à un préjugé défavorable envers l’auteur.

À Radio-Canada, on s’est dit «très fiers» des résultats d’écoute préliminaires dévoilés lundi, mais personne n’a rappelé le Huffington Post Québec pour répliquer aux critiques parfois virulentes adressées au Ti-Mé Show.

D’autres bons chiffres

Autre départ canon en télévision ce week-end : la nouvelle cuvée de jeunes talents de La voix s’est faite entendre très fort en chantant devant 2 691 000 téléspectateurs, à TVA, dimanche. Tout de suite après, la rediffusion de Lance et compte en a gardé 578 000, bonifiant ainsi son score de mercredi dernier, qui s’élevait à 1 072 000 adeptes. À Radio-Canada, le film Ma vie avec Liberace n’a pas vraiment fait le poids avec une assistance de 338 000 personnes.

Tout de suite après Le Ti-Mé Show, vendredi, à Radio-Canada, C’est ma toune a intéressé 668 000 Québécois, tandis qu’à 21h, à Télé-Québec, Deux hommes en or en ont captivé 121 000 et, à TVA, le documentaire Il était une fois… Céline a rassemblé 524 000 admirateurs de la diva de Charlemagne.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 séries télé à découvrir