NOUVELLES

Un étudiant de Dalhousie brise le silence sur le scandale des propos misogynes

19/01/2015 01:15 EST | Actualisé 19/01/2015 01:15 EST
CP

Un des étudiants impliqués dans les propos sexistes du DDS Gentlemen's Club, à l'Université Dalhousie, brise le silence dans une longue entrevue accordée au Chronicle Herald d'Halifax lundi.

Ryan Millet apparaît dans une vidéo sur le site web du journal, où il parle de son rôle au sein du groupe. L'entrevue semble avoir été réalisée en présence de son avocat, que le quotidien identifie comme étant Bruce MacIntosh.

Le nom et la photo de Ryan Millet figurent sur la liste des 13 étudiants dans le groupe Facebook. Il soutient que les commentaires du groupe lié à la faculté de médecine dentaire étaient « haineux, sexualisés et violents ».

Millet affirme que le groupe Facebook a été créé durant la première semaine de cours en 2011. Son nom a été ajouté au groupe sans qu'il demande à s'y joindre. Il décrit la plupart des propos comme étant « stupides ». Mais Ryan Millet fait aussi référence à un écrit où il est question de voter avec qui, parmi les collègues de classe féminines, les étudiants aimeraient avoir une relation sexuelle violente.

Il raconte que quelques-uns de ses confrères étaient troublés par ces propos.

« Nous avions l'impression que les responsables de ces messages reprendraient leurs sens rapidement, mentionne-t-il dans l'article. Cela m'a vraiment perturbé. »

Dans une des captures d'écran Facebook remises au réseau CBC en décembre dernier, Millet semble être la personne qui veut persuader ses collègues de classe de se rétracter.

«Hey les gars, F..., alerte rouge, écrit-il sur Facebook. Il semble qu'une des filles a lu ou entendu quelque chose à propos des messages Facebook. Nous devons nous débarrasser des preuves. Quelqu'un a trop parlé. Faites le ménage dans les messages.»

Le nom qui apparaît sur la capture d'écran est « Ryan ». Mais dans un courriel adressé à CBC dimanche soir, Ryan Millet nie être l'auteur de ce message.

« L'alerte rouge était une copie d'un message d'un autre membre du groupe. C'était un message privé que j'envoyais à celui qui a avisé l'administration de l'université », se défend-il.

Une capture d'écran sur laquelle apparaît le nom de Millet a aussi été obtenue par CBC en décembre. Dans ce message, il se dit d'accord avec un collègue de classe que « des excuses pourraient jouer en notre faveur ».

Dans une vidéo mise en ligne par le Chronicle Herald dimanche, Millet affirme qu'il a écrit une lettre d'excuses aux étudiantes, une lettre dont le journal a obtenu une copie.

Ryan MIllet déclare qu'il a eu une réponse positive de quelques-unes de ses collègues de classe, comme de certains étudiants masculins « qu'il a dénoncés ».

Le Chronicle Herald rapporte que Millet est le seul membre du groupe Gentleman qui a décidé de ne pas participer au processus de justice réparatrice, mis en place par l'Université Dalhousie. L'université a déclaré récemment que 12 des 13 hommes impliqués dans cette affaire prenaient part au processus de justice réparatrice.

Ryan MIllet n'a pas répondu aux demandes d'entrevues de CBC.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter