POLITIQUE

CST: l'agence d'espionnage électronique d'Ottawa recrute des étudiants

19/01/2015 11:54 EST | Actualisé 19/01/2015 12:00 EST
bestdesigns via Getty Images

Les étudiants canadiens intéressés à se faire un avenir dans le domaine de l’espionnage électronique ont jusqu’au 25 janvier prochain pour poser leur candidature au Centre de la sécurité des télécommunications (CST), l’organe d’écoute électronique du gouvernement fédéral.

Le CST est engagé dans une campagne d’embauche qui vise les collèges et les universités à quelques mois de l’inauguration de son nouveau siège à Ottawa (voir la liste des postes offerts). Au coût astronomique de plus de 1,2 milliard$, le complexe de bâtiments gouvernementaux est le plus cher de l’histoire canadienne. Plusieurs critiques du projet le qualifient de «Taj Mahal de l’espionnage». L’immense campus a été érigé à côté du siège du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avec lequel il sera relié par une passerelle. Le véritable «nid d’espions» regroupera quelque 4 000 cryptologues, agents secrets et spécialistes du renseignement de tout acabit à Gloucester en banlieue est de la capitale fédérale.

L’agence d’espionnage électronique du gouvernement fédéral recherche des étudiants en mathématiques, en sciences politiques, en sécurité et en criminologie. Les offres d’emploi soulignent que le CST est considéré comme l’un des meilleurs employeurs d’Ottawa.

Pour attirer la crème de la crème des mathématiciens, informaticiens et linguistes canadiens, le nouveau «Palais des espions» est présenté comme une merveille architecturale, son campus n’ayant rien à envier à celui de Google ou de Microsoft. Il est doté d’un centre sportif où on peut pratiquer le hockey, le basketball et le volley-ball. Il possède une succursale bancaire, un centre de jardinage, des sentiers de randonnée, une piste cyclable, un café-bar, une cafétéria et une garderie.

Centre de la sécurité des télécommunications


Ne postule pas qui veut. Il faut être un citoyen canadien inscrit à temps plein à un collège ou à une université et être admissible à la cote de sécurité «Très secret». Pour l’obtenir, les postulants devront se soumettre à une évaluation psychologique, à un test polygraphique pour confirmer leur loyauté envers le Canada et à une enquête du SCRS qui portera sur leurs antécédents, lieux de résidence, emplois, écoles, et voyages à l’étranger. L’enquête s’étendra aux «dix dernières années, au moins», avertit l’offre d’emploi.

Le CST laisse entendre qu’il va privilégier certains postulants, rappelant qu’il encourage les candidats qui «appartiennent aux groupes suivants : femmes, membres d'une minorité visible, personnes de descendance autochtone ou personnes handicapées.» Pour ce qui est du bilinguisme, l’offre d’emploi note avec ambiguïté que le CST «pourrait accorder la préférence aux personnes qui peuvent communiquer dans les deux langues officielles».

Les salaires offerts aux étudiants, du niveau collégial au 2e cycle, vont de 508 $ à 772 $ par semaine. La date limite pour postuler pour la session d'automne 2015 (du 8 septembre au 18 décembre 2015) est le 25 janvier 2015 à minuit.

Afin d’intéresser des candidats de toutes les régions du pays, le CST propose même une aide financière aux étudiants qui fréquentent un établissement d'enseignement situé à l'extérieur de la région d'Ottawa pour qu'ils puissent se rendre dans la capitale fédérale.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter