POLITIQUE

Neutralité de l'État : un projet de loi « avant la fin du mandat », promet Couillard

16/01/2015 02:20 EST | Actualisé 16/01/2015 02:20 EST
PC

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, affirme qu'il est peu probable que son gouvernement dépose un projet de loi sur la neutralité de l'État lors de la session parlementaire actuelle.

De passage au pays de Galles, vendredi, il s'est borné à dire que ce projet de loi sera déposé « avant la fin du mandat » de son gouvernement, soit d'ici 2018.

« On va s'en occuper, mais c'est une fausse urgence », a-t-il affirmé, en précisant que les questions d'accommodements raisonnables qui font débat au Québec n'ont « aucun lien » avec les questions de sécurité qui occupent l'Europe.

Dans la foulée d'une marche d'appui à Charlie Hebdo organisée dimanche à Québec, le chef du gouvernement québécois avait tenu des propos similaires.

« Il ne faut surtout pas faire d'amalgame entre les deux sujets. D'ailleurs, la République française est un pays où les dispositions législatives sont, comme vous le savez, assez strictes et ça n'a pas empêché ces événements tragiques de se passer », avait-il noté.

« Alors, c'est un problème qui va bien au-delà de ces questions et il faut justement éviter à tout prix de faire un lien entre la coexistence de notre communauté musulmane et de l'ensemble des Québécois et ces événements. »

« Oui, on va agir, comme on l'a dit, à un moment où les esprits seront un peu à distance de ces événements-là pour justement éviter une autre conséquence tragique de ces événements qui seraient de glisser vers la stigmatisation ou l'exclusion d'une partie des Québécois. »

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, avait également déclaré mercredi qu'il ne fallait pas « instrumentaliser les tragédies », ce qui a incité le candidat à la direction du Parti québécois Bernard Drainville à dire que cela équivalait à « céder aux extrémistes ».

Interrogé à ce sujet vendredi, le premier ministre a dit que les propos du député de Marie-Victorin étaient « ridicules » et « totalement faux ».

Les plus récents propos du premier ministre tranchent avec ceux qu'il tenait en campagne électorale, alors que le projet de loi du Parti québécois sur la charte de la laïcité continuait de soulever les passions.

Philippe Couillard disait alors qu'il comptait agir « rapidement » sur ce front, en s'appuyant sur les conclusions d'un comité dirigé par le député Gilles Ouimet.

En juin dernier, la ministre de la Justice Stéphanie Vallée avait affirmé au quotidien Le Soleil que des fonctionnaires de son ministère planchaient sur une ébauche de législation. Elle affirmait alors que le fruit de ce travail devrait être connu « assez rapidement après la reprise des travaux parlementaires ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard