BIEN-ÊTRE

Les chirurgies ratées d'une Miss BumBum 2012 ont failli lui coûter la vie (PHOTOS)

16/01/2015 04:30 EST | Actualisé 16/01/2015 04:37 EST
AFP via Getty Images
Andressa Urach (R) from Santa Catarina state and Camila Vernaglia from Sao Paulo state celebrate after finishing in 2nd and 3rd place during the Miss Bumbum pageant in Sao Paulo on November 30, 2012. All eyes are on Brazil's annual Miss Bumbum pageant in Sao Paulo on November 30 to select the nation's sexiest female rear end. AFP PHOTO/Yasuyoshi CHIBA (Photo credit should read YASUYOSHI CHIBA/AFP/Getty Images)

La mannequin du concours Miss BumBum en 2012 dit que son obsession de la chirurgie plastique a failli la tuer.

Andressa Urach s'est méritée la deuxième place du concours de beauté brésilien en ligne cette année-là. Le but? Vous l'aurez deviné: choisir la candidate qui a le plus beau popotin.

Pour accentuer ses formes, elle a eu recours à des injections d'hydrogel pour des jambes d'apparence plus musclée. Mais en 2013, le remplissage chimique a fait pourrir ses tissus.

Les vrais problèmes ont commencé lors d'une procédure pour enlever les produits chimiques en novembre. Elle est tombée en état de choc, probablement en raison d'instruments médicaux mal nettoyés, selon le Daily Mail.

Les médecins lui ont sauvé la vie, mais Andressa Urach est maintenant confinée à une chaise roulante et a des trous dans les jambes -- résultat des procédures médicales.

"CLIQUEZ ICI POUR UNE PHOTO GRAPHIQUE DE SES BLESSURES"

miss bum bum

«J'ai été punie pour ma stupide vanité. La douleur est indescriptible. Personne ne devrait avoir à subir ça, a-t-elle dit au Daily Mail. Je recherchais tout le temps la perfection. Mais au lieu de rendre mon corps plus beau j'ai fini par l'endommager et le rendre laid.»

La jeune femme admet être devenue accro à la chirurgie esthétique.

andressa urach

«Je n'y avais jamais pensé deux fois à passer sous le bistouri, et quand les gens me prévenaient des dangers, je me disais que je m'arrangerais en temps et lieu, ajoute la mannequin. J'allais voir le médecin comme si j'allais au supermarché, disant que je voulais ceci et cela.»

Andressa Urach s'est promis de partager son expérience et de prévenir les femmes des dangers de la chirurgie esthétique.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

Abonnez-vous à la page Facebook du HuffPost Art de vivre
Suivez le HuffPost Art de vivre sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Miss Bum Bum Brazil 2012