DIVERTISSEMENT

Le folklore québécois séduit au Royaume-Uni dans la foulée du courant «lumbersexuel» (ENTREVUE/ PHOTOS)

13/01/2015 03:17 EST | Actualisé 13/01/2015 03:27 EST
Jens Th

Le folklore québécois a la cote en ce moment au Royaume-Uni. Après les joyeux bucherons du cirque Alfonse, qui viennent de terminer un séjour triomphal à Londres, c’est au tour du groupe Le Vent du Nord de trimballer ses rigodons contemporains à travers le pays.

Dès ce weekend, le groupe de musique traditionnelle québécoise entame une tournée-éclair, qui le mènera dans 7 villes différentes, de Glasgow à Manchester, en huit jours à peine.

«Le Royaume-Uni est un gros marché pour Le Vent du Nord, explique Nicolas Boulerice, un des membres du groupe. Ça se développe depuis une dizaine d’années, mais depuis 4 ou 5 ans, les salles sont pleines et les gens connaissent les chansons.»

Comment expliquer l’engouement des Britanniques pour ces chansons francophones, aux paroles résolument québécoises? «La musique québécoise, c’est un amalgame de traditions françaises, mais aussi celtiques, rappelle Simon Boulerice. Donc, c’est assez près d’eux pour qu’ils s’y retrouvent, tout en étant suffisamment loin pour être exotique».

Un constat auquel fait écho Antoine Carabinier-Lépine, co-fondateur du Cirque Alfonse. «Le langage de la musique traditionnelle québécoise est très festif, dit-il. Les chansons à répondre, c’est accrocheur, peu importe la langue. »

Les Québécois, premiers « lumbersexuels»?

Timber!, le spectacle-phare de la troupe, a été présenté au prestigieux Southbank Centre de Londres durant toute la saison des Fêtes, presque entièrement à guichet fermé. Dépeignant la vie des bucherons de chantiers dans le nord du Québec, le spectacle a finalement connu plus de succès à l’étranger que dans la Belle Province et ce, malgré l’absence de surtitres pour traduire les chansons et dialogues. « L’authenticité, ça accroche », résume Antoine Carabinier-Lépine.

Il faut dire que le look bucheron est en vogue au Royaume-Uni depuis que les médias britanniques ont attrapé la fièvre du «lumbersexuel» (traduction libre: bucheron sexy). Se voulant comme LA tendance de l’heure, le terme décrit les hommes porteurs de grosses barbes en bataille et porteurs de chemises à carreaux. Par la bande, il décrit également l’ensemble des gars du Cirque Alfonse.

« Oui, on a reçu pas mal de trucs sur les réseaux sociaux quand c’est sortis dans les médias, lance le très barbu Antoine Carabinier-Lépine en s’esclaffant. On n’est pas très "mode", alors on en rit plus qu’autre chose, mais ça nous fait de la pub! »

De son côté, le plus modestement barbu Nicolas Boulerice entend parler du «lumbersexuel» pour la première fois, à quelques jours de son départ pour l’Angleterre.

«On se fait souvent dire qu’il y a quelque chose de sexy dans la musique du Vent du Nord, mais je ne connaissais pas l’expression. Je suis bien content de l’entendre. Je vais en parler aux autres gars du groupe, c’est sûr!»

Ceux-ci pourront tester leurs nouveaux charmes ce samedi, lors de l’évènement «Misses et Messieurs», présenté au festival Celtic Connexion de Glasgow. « Pour le show, on se gâte et on invite un paquet d’artistes celtiques d’Écosse et d’Angleterre - que des filles! - sur scène avec nous. »

Le spectacle sera enregistré et diffusé sur les ondes de la BBC.

Cirque Alfonse - Timber!

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter