DIVERTISSEMENT

Les films à l'affiche dès le 26 décembre: «Le flambeur», «Les grands yeux», «Invincible»... (PHOTOS)

26/12/2014 10:33 EST | Actualisé 26/12/2014 10:53 EST
Brand New Images via Getty Images

Professeur de littérature fasciné par l'échec, Jim Bennett contracte une dette de 240 000 dollars dans un tripot tenu par Mister Lee, ponte de la mafia coréenne. Alors que le créancier Neville Baraka lui refile de l'argent afin qu'il se refasse, l'enseignant flambe immédiatement le tout, sous les yeux d'Amy Philips, une brillante étudiante qui travaille comme serveuse. Découvrez toute l'histoire dans Le flambeur.

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Films de la semaine - 26 décembre 2014

D'OÙ JE VIENS

Canada. 2014. 78 min.

Documentaire de Claude Demers.

Abandonné par ses parents naturels puis adopté, le réalisateur Claude Demers grandit dans l'arrondissement Verdun. À l'âge adulte, il fuit les rues pauvres de son enfance, persuadé de ne jamais y remettre les pieds. Il se trompait. De retour dans son passé, tant physique que mental, il brosse aujourd'hui un portrait impressionniste du quartier et de ses habitants, à qui il donne la parole. Entre deux souvenirs, Demers livre ses réflexions sur la vie et le temps qui passe.

Entre le journal intime et le documentaire urbain, ce bel exercice de style, sincère et délicat, manque toutefois de ligne directrice. À trop vouloir mêler souvenirs personnels et portrait du quartier de son enfance, le réalisateur s'éparpille un peu. La photographie soignée et la musique lyrique renforcent toutefois la poésie de cette oeuvre originale.

DANS LES BOIS

États-Unis. 2014. 125 min.

Comédie musicale de Rob Marshall avec Emily Blunt, James Corden, Meryl Streep, Anna Kendrick, Lilla Crawford, Daniel Huttlestone, Chris Pine, MacKenzie Mauzy, Billy Magnussen.

Une sorcière hideuse offre à un boulanger de renverser le sort d'infertilité dont elle l'avait frappé, à la condition qu'il lui trouve d'ici trois jours quatre ingrédients indispensables à la confection d'une potion qui lui redonnera sa beauté. Avec autant d'astuce que de persuasion, le boulanger, brillamment secondé par son épouse bien-aimée, s'empare de la vache blanche du jeune Jack, en échange de quatre haricots magiques, d'une tresse provenant de l'extraordinaire chevelure blonde de Rapunzel, d'une des pantoufles dorées de Cendrillon et du chaperon rouge d'une fillette imprudente. Mais alors que le couple redevient fertile et que tout un chacun, au prix de maintes péripéties, a réalisé son rêve, un grand malheur s'abat sur la contrée.

Le réalisateur de CHICAGO orchestre avec brio cette adaptation du spectacle créé en 1986 par le cinéaste et librettiste James Lapine (IMPROMPTU) et le compositeur Stephen Sondheim ("Sweeney Todd"). Les brillantes chansons de ce dernier s'intègrent harmonieusement à un récit riche, drôle, émouvant, mis en scène avec soin et défendu par des interprètes de talent.

LE FLAMBEUR

États-Unis. 2014. 111 min.

Thriller de Rupert Wyatt avec Mark Wahlberg, John Goodman, Brie Larson, Michael Kenneth Williams, George Kennedy, Jessica Lange.

Professeur de littérature fasciné par l'échec, Jim Bennett contracte une dette de 240 000 dollars dans un tripot tenu par Mister Lee, ponte de la mafia coréenne. Alors que le créancier Neville Baraka lui refile de l'argent afin qu'il se refasse, l'enseignant flambe immédiatement le tout, sous les yeux d'Amy Philips, une brillante étudiante qui travaille comme serveuse. Disposant de sept jours pour rembourser ses dettes, Bennett convainc sa mère de lui avancer la somme. Mais aussitôt, il retourne aux tables de jeu et se fait lessiver. Il se tourne alors vers un autre créancier, Frank, qui lui consent un prêt. Et tandis qu'il entame une liaison avec Amy, Jim entraîne un autre de ses étudiants, le cancre et champion de basket-ball Lamar Allen, à trafiquer un match.

Quarante ans après Karel Reisz, Rupert Wyatt (RISE OF THE PLANET OF THE APES) remet au goût du jour "Le Joueur" de Dostoïevski. Peuplé de personnages colorés, son thriller, nerveux et stylisé, tient davantage de l'illustration d'un cas morbide d'autodestruction que d'une peinture du milieu du jeu. Mark Wahlberg succède avec aplomb à James Caan dans le rôle-titre.

LES GRANDS YEUX

États-Unis. 2014. 106 min.

Drame biographique de Tim Burton avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston, Farryn VanHumbeck, Krysten Ritter, Jason Schwartzman, Terence Stamp.

Fuyant un mari violent, Margaret débarque avec sa fille adolescente à San Francisco, où elle espère refaire sa vie. La Providence frappe à sa porte en la personne de Walter Keane, un peintre beau parleur qui écoule ses paysages parisiens pittoresques dans une foire du dimanche, où elle-même vend ses dessins pour une poignée de dollars. Quelques semaines plus tard, Margaret épouse Walter sur un coup de tête. Dans une boîte de jazz prisée dont le couple a loué les murs afin d'exposer les toiles de l'un et de l'autre, Walter prend conscience de la fascination qu'inspirent les portraits mélancoliques de Margaret montrant des enfants aux yeux immenses, et décide d'en prendre le crédit. D'abord offusquée, cette dernière se laisse convaincre par son époux de l'avantage du mensonge dans un monde de l'art peu avenant pour les femmes. Bientôt, les toiles connaissent un tel succès que Walter ouvre une galerie, forçant Margaret à produire en série, à l'abri du regard de sa fille. Au fil des ans, le mensonge des Keane va atteindre des proportions difficiles à contrôler.

Depuis toujours fasciné par les ratés et les laissés-pour-compte, Tim Burton leur rend un nouvel hommage avec cette oeuvre personnelle au charme discret, qui possède l'esprit des ED WOOD et BIG FISH. Christoph Waltz frôle toutefois la caricature et semble émerger d'un film autre que celui dans lequel joue sa partenaire Amy Adams, solide dans la peau de l'artiste dupée.

INVINCIBLE

États-Unis. 2014. 137 min.

Drame biographique de Angelina Jolie avec Jack O'Connell, Jai Courtney, Garrett Hedlund, Finn Wittrock, Takamasa Ishihara, Domhnall Gleeson.

Deuxième Guerre mondiale, 1943. Lors d'une mission de sauvetage, l'avion qui transporte le soldat américain Louis Zamperini et ses compagnons d'armes s'abîme dans l'océan Pacifique. Après 47 jours à dériver sur un radeau de fortune avec deux camarades, Louis est rescapé par des militaires japonais puis conduit dans un camp de prisonniers près de Tokyo. Le responsable des lieux, le sergent Wantanabe, surnommé l'Oiseau, découvre que Zamperini était autrefois un illustre coureur olympique, qui fit forte impression lors des Jeux de Berlin en 1936. Intrigué par la détermination de ce nouveau prisonnier, issu d'une famille italienne pauvre établie en Californie, l'officier japonais, à la fois envieux et sadique, lui fait subir les pires humiliations.

Après IN THE LAND OF BLOOD AND HONEY, Angelina Jolie s'intéresse à nouveau aux affres de la guerre, cette fois en portant à l'écran, avec un classicisme assumé et un esthétisme parfois trop léché, le livre biographique de Laura Hillenbrand. Le courageux Zamperini est incarné avec force par Jack O'Connell, qui offre une performance très physique et souvent émouvante.

M. TURNER

Grande-Bretagne. 2014. 149 min.

Drame biographique de Mike Leigh avec Timothy Spall, Marion Bailey, Dorothy Atkinson, Paul Jesson, Lesley Manville, Martin Savage, Ruth Sheen.

Angleterre, années 1840. À son retour de Flandres, où il est allé admirer les oeuvres des grands maîtres, le peintre Joseph Mallord William Turner, membre réputé de l'Académie anglaise des Beaux-Arts, retrouve sa maison et son atelier londonien, où il travaille sous la protection de son vieux père et de leur gouvernante Hannah. En rupture avec son épouse et ses deux filles, l'artiste de peu de mots se consacre exclusivement à ses tableaux, qu'il exécute à partir de croquis de scènes maritimes qu'il dissout dans une fascinante lumière spectrale. À la faveur d'un séjour dans la petite ville côtière de Margate, Turner fait la connaissance de Mrs. Booth, une veuve bienveillante qui tient une pension, et qui deviendra sa dernière compagne.

Mike Leigh (SECRETS AND LIES) a brossé ce portrait à partir des traces les plus tangibles laissées par le peintre: son oeuvre colossale, dont il exploite la lumière et les thèmes, à travers un hommage un peu théâtral mais pénétrant. Le grand Timothy Spall compose un Turner fascinant, qui grogne et grommelle pour mieux ravaler ses émotions.

Dès le 2 janvier

LA DAME EN NOIR - ANGE DE LA MORT

Grande-Bretagne. 2015. 98 min.

Drame d'horreur de Tom Harper avec Helen McCrory, Jeremy Irvine, Phoebe Fox, Oaklee Pendergast, Alfie Simmons.

Angleterre, 1941. Fuyant Londres bombardée par l'aviation allemande, une enseignante se réfugie avec ses élèves dans un manoir abandonné à la campagne, ignorant que la vénérable demeure est hantée par des forces maléfiques.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter