NOUVELLES
20/12/2014 10:48 EST | Actualisé 20/02/2015 05:12 EST

Policiers et militaires visés: les autorités devront réagir, selon des analystes

Spencer Platt via Getty Images
NEW YORK, NY - DECEMBER 20: The scene at a shooting where two New York City police officers were killed execution style Saturday afternoon as they sat in their marked police car on a Brooklyn street corner > on December 20, 2014 in New York City. The suspect, who killed his girlfriend in Baltimore earlier in the day, was apparently motivated by the deaths of Eric Garner and Michael Brown. (Photo by Spencer Platt/Getty Images)

MONTRÉAL - Les nouvelles attaques perpétrées contre des policiers aux États-Unis et en France s'inscrivent dans une montée de la violence inquiétante à l'endroit de ceux qui portent l'uniforme, constatent plusieurs observateurs, qui entrevoient la mise en place de nouvelles mesures de protection.

Les motivations à l'origine des attaques menées contre des policiers aux États-Unis et en France, samedi, semblent différentes.

Dans le premier cas, les autorités rapportent que le suspect tenait des propos anti-policiers et disent qu'il aurait voulu venger la victime du drame de Ferguson, où un policier blanc a tué un jeune Noir.

À Joué-lès-Tours, dans le coeur de la France, l'attaque menée samedi en journée contre des policiers est maintenant sous enquête par la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire, alors que le suspect aurait crié en arabe «Dieu est le plus grand» avant de commettre son attaque, a confirmé le ministre de l'Intérieur.

Dans les deux pays, des individus en position d'autorité et en uniforme ont cependant été ciblés, tout comme lors d'une précédente attaque à New York en octobre et des attentats contre des militaires à Ottawa et à Saint-Jean-sur-Richelieu, constate Ferry De Kerckhove, ancien ambassadeur canadien et spécialiste des questions de sécurité.

«L'uniforme est le symbole. L'uniforme est menacé. Et derrière ces attaques contre l'uniforme, il y a un message et une réaction plus globale contre l'Occident», croit celui qui a été basé dans plusieurs pays arabes pendant sa carrière diplomatique.

Selon lui, il n'y a pas de doute, les autorités vont réagir rapidement pour augmenter la sécurité des agents des forces de l'ordre.

«Il va peut-être falloir que les policiers portent des équipements plus protecteurs et adoptent des outils dissuasifs plus importants. Cela va dans le sens de la militarisation de la police, même si on sait qu'à Ferguson, c'était justement un aspect très controversé de l'intervention», a-t-il souligné lors d'une entrevue avec La Presse Canadienne.

En France, le syndicat des policiers a exigé samedi soir du gouvernement qu'il révise les «conditions de la légitime défense des policiers», qui sont «tous les jours davantage exposés» à la menace.

Stéphane Berthomet, spécialiste des questions policières, croit que la sécurité des représentants des forces de l'ordre et des militaires passe cependant davantage par les services de renseignement.

«Il faut donner plus de moyens physiques et financiers aux policiers qui travaillent sur le renseignement et qui collectent l'information. Le seul moyen qui permet d'échapper ou de possiblement anticiper ces attaques, c'est le renseignement», estime-t-il.

Le maire de New York, Bill de Blasio, s'est montré inquiet samedi soir de voir augmenter le nombre d'attaques à l'endroit de policiers. Il a d'ailleurs intimé tous citoyens qui pourraient apercevoir de nouvelles menaces formulées sur Internet à l'endroit des forces de l'ordre à contacter immédiatement le 911.

L'accroissement des agressions contre des figures d'autorité s'inscrit dans un climat qui s'est instauré tranquillement au fil des derniers mois, selon M. Berthomet, qui évoque un «tapissage idéologique de l'Islam radical» pour parler cette fois davantage du drame en France et des attaques contre des militaires.

«Il y a une série d'événements qui se sont entrechoqués. Il y a eu l'implication du Canada et d'autres pays en Syrie, les menaces de l'État islamique et une multiplication des appels au meurtre. Le tapissage idéologique de l'Islam radical a été installé par Al-Qaïda et repris de manière très virulente par l'État islamique. On constate qu'on est dans une logique instaurée par des islamistes radicaux qui vient rejoindre une partie de la population, qu'il s'agisse de loups solitaires et/ou des gens qui ont des motivations politiques», explique-t-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

Deux policiers tués par balles à New York