DIVERTISSEMENT
19/12/2014 10:14 EST | Actualisé 19/12/2014 10:19 EST

«30 vies»: Samuel Pagé, l'intransigeant (PHOTOS)

Courtoisie Radio-Canada

Samuel Pagé, nouveau professeur-vedette de 30 vies, n’est pas du genre à chouchouter ses étudiants. Dans sa classe de musique, les jeunes têtes enflées qui se voient déjà devenir les prochains Louis-Jean Cormier ou Marie-Mai se font rapidement remettre à leur place.

«30 vies» : Samuel Pagé, l’intransigeant

Un peu baveux, parfois dur, Samuel confronte directement ses élèves, quitte à les froisser ou à les décourager. Pas question pour lui d’entretenir rêves de grandeur, illusions et faux espoirs.

«Même si vous travaillez vraiment, vraiment fort, vous ne serez jamais excellents», martèle-t-il aux jeunes instrumentistes qui le dévisagent d’un air de plus en plus sombre. Au passage, il qualifie un garçon de «moyen» et l’avise que son «intelligence diminue», avant de prévenir ses futurs virtuoses que le public n’attend qu’une seule chose d’eux: les voir échouer.

Émile Proulx-Cloutier, qui prête ses traits à ce jeune homme à l’esprit libre, a défendu le caractère rigide de son personnage, jeudi, au visionnement de presse des quatre premiers épisodes de l’édition d’hiver 2015 de 30 vies. Pour lui, Samuel est simplement exigeant, et totalement dans «le refus de la demi-mesure». À ses yeux, les cours de musique n’ont rien d’une récréation, et il n’est pas intéressé à «faire briller» les adolescents qui prennent place devant lui, à les voir ne s’investir qu’à moitié. Proulx-Cloutier, qui fait aussi carrière en tant que chanteur, s’offusque qu’on accorde rarement aux arts la même crédibilité qu’on voue à l’éducation physique.

«La musique, c’est ton cerveau et ton âme qui font des poids et haltères», a glissé le comédien, enflammé.

Fabienne Larouche, auteure et productrice de la populaire quotidienne de Radio-Canada, a raison d’affirmer que l’opus de 30 vies conduit par Émile Proulx-Cloutier est «assez mature». Dans ses leçons théoriques, l’enseignant tracera des liens entre la musique et les capacités du cerveau humain, et développera sur l’histoire de l’esclavage des Noirs en Amérique, intimement liée à l’histoire du blues. Le vaste bagage de connaissances de la nouvelle tête d’affiche transparaîtra à coup sûr dans les prochains textes de 30 vies.

Ceci dit, on ne s’ennuie pas dans le local de Samuel. Les numéros qu’il monte avec ses troupes ne sont pas sans rappeler Glee ; d’ailleurs, tous les jeunes acteurs jouent réellement chacune des notes que vous entendrez dans l’émission. Vous serez assurément réjouis de leur version des Étoiles filantes, des Cowboys Fringants, que Samuel dirige avec ardeur. En fait, l’enthousiasme émane tellement des cordes et des percussions de l’orchestre que les collègues du corps professoral seront un peu exaspérés de devoir écouter le bruit des prouesses de Samuel et les siens, même à l’autre bout du couloir. Éric Lupien (Patrick Drolet) sera le premier à l’interpeller à ce sujet ; non sans gêne, car notre rebelle inspire le respect…

Papa décédé

S’il semble plutôt distant – l’une de ses ouailles, Shirley (incarnée par Maureen Adelson, une jeune actrice au talent formidable, que vous remarquerez rapidement), lui reprochera sa froideur -, spécifions à sa défense que Samuel a de bonnes raisons de se replier sur lui-même. Son père est décédé il y a cinq ans et il a beaucoup de mal à tourner la page, étant obligé de prendre soin de sa mère, Lorraine (Pascale Montpetit), qui vit dans un état de dépression permanent depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie à son mari. Son frère, Laurent (Xavier Huard), s’est de son côté bâti une existence stable avec sa famille et son métier de pharmacien.

Par contre, Samuel ne fait rien pour trouver un port d’attache, bambochant d’une fille à l’autre en avertissant les demoiselles que la fidélité n’est pas sa principale qualité. Sa première «proie» sera Éléonore (Mirianne Brûlé), serveuse du café où il déjeune régulièrement avec ses copains Raphaël (Benoît McGinnis), directeur adjoint de l’école du Vieux-Havre, Richard Sanscartier (Dan Bigras) et André Hamelin (Patrice Robitaille), que les fidèles de 30 vies se souviendront d’avoir connu à l’automne 2012, lorsqu’Élise Guilbault tenait le téléroman sur ses épaules. Fait cocasse, Proulx-Cloutier et Brûlé s’étaient donné la réplique dans Le club des 100 watts, il y a une vingtaine d’années.

Un jeune qui s’isole

Inutile de mentionner que Samuel Pagé n’a aucune envie d’être le sauveur de ses étudiants. Quand Loïc Vanasse (Émilien Néron, acteur principal du film Monsieur Lazhar, qui a bien grandi depuis qu’il est allé cueillir son Jutra en 2012!), un gamin de sa classe chez qui il ne décèle aucune réelle aptitude musicale, commence à inquiéter le personnel du Vieux-Havre et, surtout, ses parents, Michèle (Évelyne de la Chenelière), une maman un peu trop couveuse, et Denis (Patrice Godin), un papa dépassé par les événements et souvent accaparé par son entreprise de plomberie, il ne se montre que vaguement intéressé, et ce, même s’il reconnaît qu’il est peut-être à l’origine du bobo avec ses commentaires un peu trop francs.

Mais le comportement de Loïc est très bizarre; d’abord absent de le ses cours en raison d’une grippe, le jeune adulte s’emmure dans sa chambre depuis un mois, même s’il est guéri depuis longtemps. Il refuse de sortir de sa pièce, même pour manger. A-t-il été victime d’intimidation? Son père est-il trop dur avec lui? Est-il intoxiqué à Internet? Se dirige-t-il vers une psychose? La crise que piquera Loïc lorsqu’on lui enlèvera ses joujoux électroniques ne laissera planer aucun doute sur le fait qu’il souffre. Mais de quoi? «C’est ma chambre, c’est mes affaires, c’est à moi!», hurlera-t-il sans arrêt, désespéré. Et si ses camarades écoliers détenaient la réponse à son trouble?

En parallèle des péripéties de Samuel et son groupe, on suivra la grossesse de Katia (Jessica Barker), qui met le papa, Éric Pothier (Michel Charette) dans tous ses états. Une idylle intrigante se dessine également entre Émilie Charlebois (Myriam LeBlanc) et un «agitateur» d’une précédente saison de 30 vies. On n’en dit pas plus….

Au chapitre des visages connus qui effectueront une apparition d’ici le printemps, citons Geneviève Bilodeau, Jean-François Beaupré, et même Claude Robinson, qui interprétera un grand-père itinérant. Derrière la caméra se succéderont Guillaume Lemay-Thivierge (qui a réalisé la «tranche» de Loïc, qui s’étendra sur deux semaines), Danièle Méthot, Louis Bolduc, Mariloup Wolfe et Simon Barrette.

Le 500e épisode de 30 vies, qui a démarré à l’hiver 2011 avec Marina Orsini comme premier pilier, sera diffusé le 5 février prochain. D’ici là, faites connaissance avec Samuel Pagé et son tempérament intransigeant dès le lundi 5 janvier 2015, à 19h.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter