NOUVELLES
18/12/2014 06:38 EST | Actualisé 18/12/2014 06:39 EST

Ontario : Un ami des libéraux payé 10 000 $ pour effacer des courriels

Radio-Canada.ca

De nouveaux documents de la Police provinciale de l'Ontario révèlent qu'un informaticien a été payé 10 000 $ en 2013 pour effacer des données dans les ordinateurs du bureau de l'ancien premier ministre Dalton McGuinty.

À l'époque, le gouvernement libéral était sous le feu croisé des partis d'opposition, après avoir annulé deux impopulaires projets de centrales électriques à Oakville et à Mississauga, une décision qui allait coûter plus de 1 milliard de dollars aux contribuables.

L'informaticien payé par les libéraux, Peter Faist, était le petit ami de Laura Miller, l'adjointe du chef de cabinet de M. McGuinty.

« J'ai été payé à l'avance. Je n'ai pas fourni de reçu au bureau du premier ministre, mais je pense en avoir donné un au caucus libéral. »

— Peter Faist (interrogé par la Police provinciale)

Courriels gênants

Dans des courriels obtenus par la police, le chef de cabinet de M. McGuinty, David Livingston, se réjouit d'avoir finalement obtenu un mot de passe pour l'effacement des disques durs.

« On a réussi », écrit-il à Laura Miller.

Dans un autre courriel, il raconte qu'un courriel « disparaît à jamais » s'il est « effacé deux fois »

« Rien n'est plus confidentiel que de se parler plutôt que de communiquer par écrit. »

— David Livingston, chef de cabinet de l'ex-PM Dalton McGuinty

La PPO le soupçonne d'abus de confiance. Mais aucune accusation n'a été déposée pour l'instant. M. Livingston clame son innocence.

Selon la police, pas moins de 118 348 fichiers avaient été effacés de l'ordinateur de David Livingston. Son ordinateur est celui duquel le plus de fichiers ont été effacés au sein du bureau de l'ex-premier ministre Dalton McGuinty.

Pour sa part, l'ex-premier ministre McGuinty a nié toute implication dans l'affaire.

Rapport Duval-Nadelle

Scandale des centrales: des documents policiers (partie 2)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref