POLITIQUE
18/12/2014 07:37 EST

Éducation: Couillard réitère sa confiance en Bolduc (VIDÉO)

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a défendu jeudi son ministre de l'Éducation Yves Bolduc alors que l'Alliance des professeurs de Montréal réclame sa démission. « Il n'y a aucun plan pour un remaniement ministériel actuellement », a affirmé M. Couillard aux journalistes lors d'un point de presse à Québec.

Le premier ministre a défendu son ministre, affirmant que « M. Bolduc se dévoue à sa tâche avec beaucoup d'intensité et vous allez voir d'ailleurs au début 2015 le résultat de ce travail. [...] Yves Bolduc aura l'occasion, au nom du gouvernement et de notre caucus, de présenter notre vision de l'école de l'année 2020-2025, la salle de classe, l'école comme étant le point central de notre système d'éducation, l'appareil administratif étant un soutien. Je crois qu'il va faire du bon travail et je suis encouragé par les travaux que je vois actuellement se dérouler ».

À LIRE SUR LES BLOGUES:

» J'enseigne - Candice Wu

» Le ministre Bolduc ne se rappelle plus ses mathématiques...

» Recentrer le débat sur l'élève - Marc-André Girard

Aux préoccupations exprimées dans le milieu de l'éducation, M. Couillard répond que « toutes les administrations scolaires partout sur la planète regardent cette question du ratio, en terme d'efficacité maximale au meilleur coût possible, mais il n'est absolument pas question de reculer sur l'encadrement nécessaire pour le succès de nos enfants, notamment dans les milieux socioéconomiques moins favorisés ou les milieux où il y a plus d'élèves en difficulté ou handicapés ».

L'Alliance des professeurs de Montréal, qui représente les 9000 enseignants de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), dénonce notamment les compressions budgétaires imposées aux commissions scolaires et le nouveau partage des écoles entre la CSDM et la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Le syndicat accuse de plus le ministre d'avoir banalisé la réduction des achats de livres pour les bibliothèques scolaires. Il lui reproche aussi de ne pas avoir encore annoncé des fonds pour la deuxième phase des rénovations des écoles avec des problèmes de moisissures.

« Les parents en bout de ligne, vis-à-vis des compressions et des pertes de service aux élèves, ne vont-ils pas choisir d'aller au privé? Nous, on pense que oui », déplore Catherine Renaud, présidente de l'Association, qui se dit « en colère ».

Le ministre Bolduc estime pour sa part que le gouvernement doit continuer à se consacrer aux services directs aux élèves. « J'ai fait beaucoup d'écoles dans la CSDM et ailleurs au Québec, et on a d'excellents résultats avec tant les enseignants que les élèves », a affirmé le ministre au terme d'une rencontre avec les commissions scolaires à Québec.

Le ministre de l'Éducation n'écarte pas l'idée de placer la CSDM sous tutelle si elle ne va pas de l'avant avec les compressions de 9 millions de dollars demandées.

LIRE AUSSI:

» Québec augmente la tâche des enseignants, mais pas le salaire (VIDÉO)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les campus des universités canadiennes en photos