NOUVELLES
16/12/2014 05:18 EST | Actualisé 16/12/2014 05:19 EST

Pétrole : jusqu'à 13 milliards de pertes en 2015-2016, selon CIBC

Valerie Loiseleux via Getty Images

Les gouvernements des provinces et d'Ottawa devraient perdre entre 10 et 13 milliards de dollars durant la prochaine année fiscale, même si le prix du baril de pétrole remonte à 70 $ le baril, selon une étude des économistes de la Banque CIBC. Le prix s'établit actuellement à moins de 50 $.

Selon l'étude, cette baisse va toucher plus durement les provinces de l'Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve et Labrador puisque le secteur de l'énergie constitue entre 25 % et 30 % de leurs économies. CIBC prévoit que l'Alberta pourrait perdre environ 7 milliards de dollars en revenu alors que la Saskatchewan et Terre-Neuve et Labrador doivent envisager des pertes d'entre 400 et 700 millions de dollars.

Des provinces pourraient en bénéficier

Le secteur ne représente toutefois que 10 % de l'économie canadienne dans son ensemble. Les autres provinces devraient donc être beaucoup moins touchées par ces variations de prix.

Les économistes de CIBC notent que la faible valeur du dollar et la force de l'économie américaine pourraient avoir un impact positif sur des provinces dont l'économie est plus centrée sur la production manufacturière. C'est entre autres le cas du Québec et de l'Ontario qui pourrait bien reprendre la tête de la croissance du PIB au pays.

Selon l'étude de la banque, alors que les gouvernements seront les grands perdants de cette chute du prix du pétrole, les consommateurs en sortiront les plus grands vainqueurs. L'étude indique d'ailleurs que chaque baisse de 2 $ du prix du baril entraîne une baisse du prix à la pompe d'un cent.

Les consommateurs grands vainqueurs

Si le baril se maintient en moyenne à 70 $ l'année prochaine, cela représentera une augmentation de 10 milliards de dollars de revenu disponible à la consommation pour les consommateurs. Même si les Canadiens en économisent la moitié, c'est près de 5 milliards de dollars de plus qui seront dépensés ou 0,5 % d'augmentation de la consommation au pays.

L'étude conseille aux provinces les plus durement touchées de recourir aux fonds de réserve plutôt que de diminuer les dépenses dans l'espoir que le prix du baril remonte progressivement pour atteindre 80 $ au cours des prochaines années. CIBC note toutefois que la dette de Terre-Neuve et Labrador rend la situation plus compliquée dans cette province que pour les provinces de l'Ouest.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Des photos étonnantes des sables bitumineux