NOUVELLES
15/12/2014 09:46 EST | Actualisé 14/02/2015 05:12 EST

L'agence chinoise BlueFocus met la main sur la société mère de Cossette

bluefocusgroup.com

MONTRÉAL - Pour la deuxième fois en cinq ans, Cossette change de mains, la société BlueFocus ayant confirmé lundi l'acquisition d'une participation majoritaire dans Vision7 International, la société mère de l'entreprise québécoise.

Le montant de cette transaction — qui comprend la firme de relations publiques Citizen Relations — n'a pas été dévoilé, mais selon diverses sources, il oscillerait aux alentours de 210 millions $.

Pour la présidente de Vision7 au Québec et de Cossette, Mélanie Dunn, ce changement devrait permettre à Cossette, qui possède déjà un bureau à Chicago, de s'enraciner davantage aux États-Unis.

«Nous avons identifié des endroits pour des ouvertures éventuelles de bureaux, a-t-elle fait remarquer en entrevue. Nous voulons vraiment développer ce marché.»

Fondée en 1972, Cossette s'est taillé une place importante dans le monde publicitaire, ce qui lui a permis de décrocher des contrats auprès de grandes multinationales comme la chaîne de restauration rapide McDonald's et le détaillant Home Depot.

Cossette, qui emploie actuellement 800 personnes, dont la moitié réparties à Montréal et Québec, pourrait bien procéder à des embauches si ses projets futurs se concrétisent, affirme Mme Dunn.

«Si nos initiatives ont du succès (...) il y aura une croissance globale du nombre d'employés ou des ouvertures de bureaux», a-t-elle indiqué.

Cette transaction met un terme au processus entamé il y a sept mois par le fonds d'investissement américain Mill Road Capital — l'actionnaire de Vision7 — qui souhaitait vendre sa participation dans les activités nord-américaines de Vision7.

«Mill Road, qui nous avait permis de retourner à l'équité privé en 2009, n'était pas un partenaire stratégique pour le long terme, a estimé Mme Dunn. On avait besoin d'un partenaire pour partager le risque et les investissements.»

La participation de BlueFocus dans les actifs nord-américains de Vision7 est estimée à environ 85 pour cent, alors que celle de la haute direction de Vision7 grimpe à près de 15 pour cent, comparativement à moins de 10 pour cent auparavant.

Mill Road avait mis la main sur 60 pour cent des actifs de Vision7 en 2009 pour 135 millions $, ce qui comprenait les actifs nord-américains et européens. C'est toutefois le fonds d'investissement établi au Connecticut qui demeurera l'actionnaire majoritaire des actifs situés en Europe.

Tous les hauts dirigeants de Vision7, Cossette et Citizen Relations devraient aussi conserver leur rôle respectif, alors que les deux fondateurs de Cossette — Claude Lessard et Pierre Delagrave — agiront à titre de consultants au sein de l'organisation.

D'après Mme Dunn, les ambitions de BlueFocus correspondent non seulement à celles de Cossette, mais aussi aux visées de Citizen Relations, déjà présente au Canada, à San Francisco, New York et Hong Kong.

«BlueFocus a déjà plusieurs partenaires dans le monde et elle souhaiterait (retenir les services) de Citizen en Asie ainsi qu'en Europe», a fait valoir la présidente québécoise de Vision7.

Mme Dunn a par ailleurs indiqué avoir reçu l'assurance que le siège social de Cossette allait demeurer dans la Vieille-Capitale et qu'il ne devrait pas y avoir de synergies, ce qui est souvent synonyme de suppressions d'emplois.

Les actifs de Vision7 — qui compte quelque 1100 employés — comprennent les bureaux canadiens et américains de Cossette, la firme Citizen Relations (États-Unis et Royaume-Uni) et une agence de planification et d'achat média.

Fondée en 1996, BlueFocus, dont le siège social se trouve à Beijing, compte plus de 3500 travailleurs répartis à travers le monde. En septembre dernier, son chiffre d'affaires était estimé à 900 millions $ et sa valeur boursière à 3,9 milliards $ US.