POLITIQUE
12/12/2014 09:54 EST | Actualisé 12/12/2014 09:54 EST

Nouveau bureau de comté pour la ministre Charbonneau: 35 000 $ par année

PC

QUÉBEC _ En pleine période de compressions budgétaires, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a choisi de s'offrir un nouveau bureau de comté dont le loyer coûte plus du double du local précédent, selon ce qu'a appris La Presse Canadienne, jeudi.

Questionnée à ce propos cette semaine, à savoir si elle connaissait le coût de location de son nouveau bureau de députée, la ministre a eu une réponse laconique: "Je l'ignore".

Questionnée elle aussi sur le coût du nouveau local, la responsable de son bureau de circonscription, Manon Clermont, a eu la même réponse: "Je n'en ai aucune idée".

En lisant ces lignes, elles apprendront qu'à la suite du déménagement le coût de location du bureau de comté de la députée de Mille-Îles a fait un bond de 137 pour cent.

La députée-ministre de Laval a déménagé son bureau de circonscription en septembre dernier.

L'ancien local coûtait 14 844 $ par an. Le nouveau, situé à deux pas de l'ancien, coûtera aux contribuables plus du double, soit 35 167 $ par année.

Sur une base mensuelle, le loyer est passé de 1237 $ à 2930 $, indiquent les données obtenues auprès du ministère de la Famille.

Le déménagement a été effectué au coût de 1500 $. L'aménagement des lieux a occasionné une facture additionnelle de 3672 $.

La députée de Mille-Îles occupait le même bureau de circonscription depuis son élection en 2008. Elle a été réélue en 2012 et 2014.

Le nouveau local est beaucoup plus grand (plus de 2266 pieds carrés) que le précédent et mieux aménagé, comportant une cuisine notamment.

Contrairement au précédent, l'édifice est muni d'un ascenseur, facteur déterminant pour faciliter l'accès aux personnes handicapées et aux personnes âgées.

Le changement de local a été supervisé par la Société québécoise des infrastructures et le ministère de la Famille.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard