POLITIQUE
12/12/2014 04:23 EST | Actualisé 12/12/2014 07:05 EST

Cas de PKP: le Centre d'études sur les médias accepte, mais pose ses conditions

FOTOimage

QUÉBEC - Pierre Karl Péladeau connaîtra bientôt le forum qui étudiera son double rôle de politicien et actionnaire de contrôle de Québecor, le plus important groupe médiatique québécois.

Le Centre d'études sur les médias (CEM) de l'Université Laval a accepté d'étudier le cas de PKP, confirme-t-on du côté du gouvernement.

Le CEM propose toutefois sa propre «méthodologie objective» pour remplir le mandat proposé par le gouvernement. Le centre a également émis le souhait que les autres partis représentés à l'Assemblée nationale, dont le PQ, donnent leur accord sur la formule retenue.

Au bureau de Jean-Marc Fournier, responsable du dossier, on précise qu'il s'agit bien d'un «souhait» et non d'une condition sine qua non. Il a été impossible de savoir vendredi si le centre accepterait d'aller de l'avant sans l'accord des partis d'opposition.

C'est le gouvernement qui a demandé au CEM d'étudier le cas de PKP, après que les partis aient échoué à s'entendre sur le type de forum approprié. Le PQ estime que le gouvernement vise uniquement le député de Saint-Jérôme, plutôt que d'étudier la problématique dans son ensemble.

Le mandat proposé par le gouvernement au CEM a été retenu dans ses grandes lignes, laisse-t-on entendre du côté du gouvernement.

Ce mandat souligne que le centre produira «un document d'analyse sur les effets de l'influence que pourrait avoir un propriétaire ou un actionnaire de contrôle d'un média ou d'un groupe de médias sur le débat politique et la vie démocratique et notamment si ce dernier est un élu de l'Assemblée nationale».

Une commission parlementaire et un projet de loi pourraient suivre le dépôt du rapport.

La formule proposée par le CEM sera présentée aux groupes de l'opposition lundi prochain. Si ceux-ci l'approuvent, elle sera rendue publique au courant de la semaine.

Par ailleurs, la date du dépôt du rapport pourrait créer des frictions. Le mandat initial prévoyait que le document soit déposé le 29 mai 2015, soit après l'élection du prochain chef du PQ.

Si PKP prend la tête de la formation politique, le rapport pourrait devenir une épine au pied du nouveau chef.

MISE À JOUR - Une première version affirmait que l'approbation des partis d'opposition était une condition du CEM. Le bureau de Jean-Marc Fournier a tenu à préciser qu'il s'agit plutôt d'un «souhait».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Pierre Karl Péladeau à Saint-Jérôme