POLITIQUE
10/12/2014 11:16 EST | Actualisé 10/12/2014 12:03 EST

Le ministre Moreau menace Laval et Longueuil (VIDÉO)

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, menace les villes de Laval et Longueuil de retenir leurs transferts du gouvernement provincial s'ils ne révisent pas leur décision d'augmenter les taxes foncières dans leur budget 2015.

Les deux villes se sont attiré les foudres du ministre Moreau en augmentant les taxes foncières de leur municipalité respective afin de compenser les compressions du gouvernement dans ses transferts aux municipalités.

Le ministre Moreau somme les deux maires de réviser leur position en annulant les augmentations de taxes foncières prévues à leur budget 2015 et en les remplaçants par des compressions budgétaires. M. Moreau juge inacceptable que les villes maintiennent des augmentations de leurs dépenses - 3,4 % à Longueuil et 2,8 % à Laval - pendant que le gouvernement du Québec s'astreint à une politique d'austérité.

« À défaut de le faire, je donnerai instruction aux fonctionnaires du ministère des Affaires municipales de retenir les transferts qui doivent être faits par le gouvernement du Québec aux villes de Laval et de Longueuil et de réduire ces transferts d'un montant équivalent à l'imposition des taxes foncières qu'ils estiment lié au pacte fiscal », avance M. Moreau.

« Le gouvernement remboursera directement les contribuables de l'effort fiscal qui leur est demandé. »

— Pierre Moreau

Le ministre entend également déduire les frais administratifs liés à cette mesure des transferts provinciaux.

Québec impose l'austérité aux villes

M. Moreau estime que les villes auraient dû compresser leurs dépenses plutôt que d'augmenter le compte de taxes de leurs citoyens. « Dans le cas de Laval, c'est indécent, fulmine le ministre Moreau. Ils ont des surplus de 117 millions. Ce sont les surplus non affectés les plus importants de toutes les municipalités au Québec. Pis là, il [le maire Marc Demers] va dire, parce que je demande un effort de 10 millions, qu'il est incapable de compresser ses dépenses qui augmentent à un rythme deux fois plus rapidement que celles du gouvernement du Québec.

« Écoutez, prendre les gens pour des valises pis faire la déclaration qu'il a faite hier, ça ressemble à la même chose. »

— Pierre Moreau

Le maire de Laval, Marc Demers, a annoncé une hausse de taxes foncières de 3,2 %, hier, lors du dépôt de son budget 2015. Cette hausse devrait se traduire par une augmentation de 84 $ annuellement pour une propriété moyenne, selon la ville de Laval. « De cette somme, environ 50 $ sont dus à l'inflation et 34 $ pour combler une partie de la compression provinciale », a déclaré le maire Demers. Une déclaration qui a soulevé l'ire de M. Moreau.

Du côté de Longueuil, c'est une hausse de 3,9 % qui a été annoncée par la mairesse Caroline St-Hilaire. Cette dernière a également blâmé le gouvernement du Québec pour expliquer cette hausse, montrant du doigt les compressions dans les paiement de transfert provinciaux aux municipalités. « Si le ministre des Affaires municipales croit qu'il peut faire mieux, qu'il vienne s'asseoir avec nous, l'a défié Mme St-Hilaire. Ça va nous faire plaisir d'ouvrir nos livres. »

Le ministre Moreau souligne que la révision du pacte fiscal 2015 entre Québec et les municipalités comportent des compressions de 300 millions de dollars pour l'ensemble des muncipalités. De ce nombre, 80 millions sont assumés par les compressions dans les CRE. Un autre 95 millions est imposé aux administrations de Montréal et Québec. Des compressions de 7 millions à Gatineau, 5 millions à Sherbrooke et 3 millions à Gatineau sans que les maires ne s'en plaignent.

Quelque 1120 municipalités - dont plusieurs de petites tailles - doivent se partager des compressions de 110 millions. De ce nombre, Longueuil doit absorber une réduction de 5,5 millions et Laval de 10,7 millions.

Il juge ainsi inacceptable que Longueuil et Laval maintiennent des augmentations de leurs dépenses alors que Québec s'astreint à des augmentations de taxes foncières.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter