DIVERTISSEMENT

Gala des arts visuels 2014: L'art vu par Patrick Masbourian (ENTREVUE)

10/12/2014 03:28 EST | Actualisé 10/12/2014 03:44 EST
Courtoisie

C’est mercredi soir qu’aura lieu la 3ème édition du Gala des arts visuels 2014 au Théâtre Rialto. Organisé par par l’Association des galeries d’art contemporain, le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec et le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, cet événement vise à souligner le travail des artistes visuels québécois, mais aussi à favoriser les liens entre les différents intervenants de la scène artistique québécoise.

Patrick Masbourian, à la barre en tant qu’animateur, a accepté de discuter de la soirée bien spéciale qui se prépare. Excité, il a de grandes attentes pour le gala. «Tout roule, tout va bien! On organise ça essentiellement à l'huile de bras puisqu'on n'a pas du tout de moyens.»

En plus de l'animation, Masbourian s'est occupé des textes de la soirée. «On a voulu s'assurer que les textes plaisent à tout le monde. On a essayé de trouver un juste milieu entre valorisation du milieu et des gens qui sont autour. D'ailleurs, les blagues peuvent être inspirées de ce milieu-là, surtout de la scène internationale. On fait des clins d'oeil à quelques mini-scandales pour le plaisir.»

Des exemples? Parmi tant d'autres: une sculpture de Paul McCarthy représentant un sapin géant, placée Place Vendôme à Paris, a causé tout un émoi puisque sa forme ressemblait... à un plug anal.

«Je suis animateur dans la vie et les occasions d'animer un gala sont plutôt rares. Je me paie un trip. J'ai une approche plus humoristique: mon numéro d'ouverture se rapproche vraiment du stand up.

Un gala sous le thème de la blague oui, mais aussi du plaisir d'être ensemble. Une véritable célébration du milieu des arts visuels. «C'est un monde qui manque de visibilité. Et on veut faire connaître les arts visuels parce qu'on y croit! C'est un milieu marginal, qui a besoin de la cohésion de ces membres. Pour faire front ensemble face aux enjeux. Pour une soirée, on met de côté tous les conflits qui ont pu survenir durant l'année. Les artistes, galeries et musées sont invités à se rallier le temps d'un gala. Et à souligner les bons coups.»

Voir l'oeuvre d'art autrement

Lui-même collectionneur, Masbourian voit les arts visuels comme un plaisir de la vie. «Aller visiter une exposition, ça peut être un passe-temps, un plaisir un peu sophistiqué qu'on s'offre à soi-même. Comme un bon repas ou une bonne bouteille, les arts peuvent parfaitement s'incrire dans une liste de loisirs. C'est une de ses seules formes artistiques avec laquelle on peut développer une relation intime, à travers le regard permanent face à une oeuvre exposée chez soi. Il y a moyen de se perdre dans une toile.»

Parce que selon Masbourian, il y en a vraiment pour tous les goûts: «Autant qu'en littérature, cinéma, musique ou théâtre, les arts visuels ont plusieurs aspects. Autant ça peut être trash ou plus traditionnel... Il y a une véritable vitalité en ce moment, suffit d'ouvrir l'oeil! Je pense que le milieu des arts visuels a un bel avenir devant lui, puisqu'il n'est pas en manque de créativité. C'est plutôt très riche.»

La 3ème édition du Gala des arts visuels aura lieu le 10 décembre au Théâtre Rialto.

Gala des arts visuels 2014 - Quelques oeuvres finalistes

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter