VIDEO

Le métro de Washington, propre sur toute la ligne (VIDÉO)

06/12/2014 04:49 EST | Actualisé 06/12/2014 05:01 EST

Moins emblématique que celui de New York, le métro de Washington impressionne pourtant par sa propreté. Notre correspondant dans la capitale nous y emmène en visite.

Un texte de Christian Latreille

Le Metrorail, de son nom officiel, a remporté un important prix de l'Institut américain d'architecture pour la durabilité et la qualité de sa conception. Les membres du jury ont été impressionnés, entre autres, par sa propreté.

Lors de nos nombreuses visites, nous n'avons vu presque aucun déchet ni graffiti. Ses 188 kilomètres de rails hors terre et souterrains transportent pourtant plus de 750 000 usagers par jour depuis son inauguration en 1976. De plus, toutes les stations sont accessibles aux personnes handicapées et le réseau cellulaire est disponible dans plusieurs d'entre elles.

Il est interdit de boire et de manger dans les wagons et les 91 stations qui composent le « metro system » de la capitale américaine. C'est la loi et peut-être aussi l'une des raisons pour lesquelles il est encore si propre.

Sans compter une politique qui consiste à faire disparaître les graffitis en moins de 24 heures.

« Nous avons un programme d'entretien très dynamique. »

— Randal Grooman, directeur de l'entretien

Cibler les jeunes

Des formateurs rencontrent aussi les jeunes dans les écoles pour les sensibiliser. « Ces programmes sont très utiles », constate Ben Foster, responsable des projets spéciaux.

« Nous apprenons à nos étudiants à bien se comporter dans le métro dès leur plus jeune âge. Le métro est souvent leur principal moyen de transport pour se rendre à l'école. »

— Ben Foster, responsable des projets spéciaux

En 2006, une jeune fille de 12 ans a même été arrêtée pour avoir mangé des frites dans une station. « Nous sommes allés un peu trop loin », admet Randal Grooman. « Nous avons appris de cet événement. Depuis, nos règles ont été assouplies. »

Il n'en demeure pas moins que la propreté du métro de la capitale américaine demeure exceptionnelle, étant donné qu'il dessert une agglomération urbaine de plus de 5 millions de personnes.

« Je n'ai jamais vu un métro aussi propre, mis à part celui de Singapour », déclare un homme d'affaires d'origine indienne en voyage à Washington à qui nous avons posé la question.

« Comparativement à ceux de New York et de Philadelphie, c'est effectivement beaucoup plus propre », répond cet autre voyageur croisé à la station « Metro Center », un important point de correspondance comme celui de Berri-UQAM à Montréal.

Rendre le métro attirant

« Quand les plans ont été conçus dans les années 60, nous ne voulions pas d'un métro sale comme celui de New York, qui représentait le pire. »

— L'historien Zachary Schrag

« Dans ces années-là, l'automobile était le moyen de transport impérial. Pour que les Américains délaissent leurs voitures, il fallait leur proposer un système de transport en commun attirant », ajoute M. Schrag, qui a écrit un livre sur l'histoire du métro de Washington.

Selon lui, les grands espaces, l'éloignement des murs et l'absence de corridors sombres expliquent en partie pour quoi le métro est toujours propre.

« Tout le monde vous voit en tout temps et ça décourage, je crois, le vandalisme et la criminalité. »

— L'historien Zachary Schrag

Cathédrale immaculée depuis 40 ans

Avec ses hauts plafonds voûtés, qui lui donnent des aires de cathédrales en béton, le métro de Washington a été conçu et pensé pour rester propre.

Martin Moeller est architecte. Il était l'un des membres du jury qui a remis le prix de l'Institut américain d'architecture au métro. « Nous avons effectivement constaté que son architecture et sa conception contribuaient et contribuent toujours à la propreté de ses wagons et de ses stations. »

Une propreté qui fait l'envie de plusieurs autres métros et réseaux de transport en commun dans le monde. Après presque 40 ans d'existence, le métro de Washington donne un peu l'impression d'avoir échappé au passage du temps.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 stations de métro où (presque) personne ne va