VIDEO

Francophonie : la nomination de Michaëlle Jean dénoncée

06/12/2014 06:06 EST | Actualisé 08/12/2014 04:29 EST

Le candidat mauricien au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dénonce « l'imposition » de Michaëlle Jean à la tête de l'organisation.

Dans une entrevue accordée au magazine Jeune Afrique, Jean Claude de L'Estrac affirme que « la Charte de l'Organisation n'a pas été respectée et que le nouveau secrétaire général a été désigné et imposé par une entente diplomatique entre la France et le Sénégal ».

« L'on ne peut pas prétendre promouvoir la démocratie dans l'espace francophone et utiliser les méthodes despotiques à l'ancienne pour imposer un candidat suite à des tractations secrètes. »

— Jean Claude de L'Estrac

M. de L'Estrac mentionne l'article 6 de la charte de l'OIF qui prévoit que le secrétaire général doit être choisi dans le cadre d'une élection. Selon lui, « si des élections en bonne et due forme avaient été tenues, le résultat aurait été tout autre ».

À LIRE AUSSI:

»BLOGUE: Je me souviens de ma rencontre avec Michaëlle Jean en 2006

»BLOGUE: Michaëlle Jean: l'ex-ennemie devenue alliée

»Michaëlle Jean, la «Petite reine» canadienne à la tête de la Francophonie

L'homme déplore que les quatre autres pays africains en lice avec le Canada aient retiré leur candidature. « Partout où je me suis trouvé en Afrique, tous les dirigeants politiques rencontrés n'ont eu de cesse d'affirmer que le poste de secrétaire général devait être occupé par un représentant des pays du sud, un Africain s'entend », dit-il.

Cette décision des pays africains, « incompréhensible, inexpliquée et inexplicable », il l'impute aux pressions venues de la France et la qualifie de « faiblesse africaine ».

Bien qu'il ne remette pas en question la personnalité et les qualités de Michaëlle Jean, Jean Claude de L'Estrac pense que l'île Maurice a « toutes les raisons de se sentir trahie », car la candidature mauricienne, dit-il, a été largement encouragée par des diplomates français et africains.

L'ex-candidat conclut en prêchant pour la solidarité.

« Je souhaite qu'une forme d'équilibre politique et gestionnaire soit trouvée à la direction de l'organisation pour sauvegarder le principe de la solidarité qui est censé être une vertu cardinale de l'organisation. Et plus que tout, il faut espérer que la Francophonie économique voie le jour. »

— Jean Claude de L'Estrac

INOLTRE SU HUFFPOST

Michaëlle Jean en photos