POLITIQUE

Yalda Machouf-Khadir, la fille d'Amir Khadir, se repent

05/12/2014 04:18 EST | Actualisé 05/12/2014 04:19 EST
Radio-Canada.ca

Yalda Machouf-Khadir, qui s'est illustrée pendant le conflit étudiant de 2012, connaîtra le 16 février prochain la peine que lui réserve le tribunal pour les méfaits qu'elle a commis.

La jeune femme de 21 ans avait plaidé coupable à des accusations de complot, d'introduction par effraction et de déguisement relativement au saccage du cégep du Vieux Montréal, celui de l'Université de Montréal et celui du bureau de la ministre de l'Éducation de l'époque, Line Beauchamp, le 13 avril 2012.

Lors des événements survenus à l'Université de Montréal le 12 avril 2012, un petit groupe avait tenté de prendre d'assaut le bureau du recteur, des agents de sécurité avaient été blessés et des actes de vandalisme avaient été commis. L'UdeM a réclamé le remboursement de dommages évalués à 100 000 $ à Yalda Machouf-Khadir et à d'autres manifestants dans cette affaire.

En ce qui a trait au saccage au Cégep du Vieux-Montréal, le 16 février 2012, la jeune femme y avait brisé du mobilier lors d'une occupation des lieux.

En cour vendredi, Yalda Machouf-Khadir, qui était accompagnée de son père Amir Khadir, le député de Québec solidaire, a dit au tribunal qu'elle reconnaissait maintenant que les gestes posés avaient causé du tort mais qu'elle n'avait jamais voulu s'attaquer à l'intégrité morale ou physique de quiconque. Elle a ajouté que ces moyens ne devraient pas être utilisés dans une société démocratique.

Dans une lettre manuscrite adressée au juge Jean-Pierre Boyer, de la Cour du Québec, Yalda Machouf-Khadir écrit : « Bien que les objectifs de cette grève étaient nobles, j'ai posé durant certaines actions des gestes ayant causé du tort à de tierces personnes. Cela me peine [...]. »

« Au cours de ce processus judiciaire, j'ai pris conscience que des personnes se sont senties menacées par ces incidents dont je réitère qu'ils n'étaient pas prémédités. [...] Je n'ai voulu nuire de quelque façon que ce soit à ces gens mais bien faire passer un message politique. »

— Extrait de la lettre de Yalda Machouf-Khadir

Celle qui étudie pour devenir avocate espère ne pas se retrouver avec un casier judiciaire et demande la clémence de la cour. Son avocat a demandé une absolution conditionnelle.

La poursuite réclame plutôt une probation de deux ans dans le cadre de laquelle Yalda Machouf Khadir pourrait effectuer des travaux communautaires afin de redonner à la société.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 22 août 2012