DIVERTISSEMENT

«Pour l'amour du country» à ARTV : longévité et passion (PHOTOS)

04/12/2014 09:30 EST | Actualisé 04/12/2014 09:32 EST
Courtoisie ARTV

12 ans à l’antenne pour une émission de télévision, en ces périodes de compressions et de consommation rapide, c’est impressionnant. Mais 12 ans à l’antenne pour une émission musicale, alors que l’espace accordé à nos chanteurs au petit écran n’a jamais été aussi réduit, ça relève carrément de l’exploit. Patrick Norman et son entourage de Pour l’amour du country ont accompli ce petit miracle et, alors que le rendez-vous de variétés entame son 12e tour de piste sur les ondes d’ARTV ce samedi, l’animateur est déjà en mesure de confirmer qu’une 13e saison verra le jour l’an prochain. Il en est ravi.

Mais l’homme ne fanfaronne pas pour autant. Ce qui les garde soudés, ses collègues et lui, c’est, justement, la passion de la musique, du country. Et c’est cette vérité, cette sincérité, qui plaît aux téléspectateurs, il en est convaincu.

L'article se poursuit après la galerie photos


Patrick Norman - Pour l'amour du country


«La musique, pour nous, c’est le noyau de l’émission, c’est ce qui prime, insiste Patrick Norman. On ne perd jamais ça de vue. C’est notre point nord! Tous les gens qui travaillent à l’intérieur de ce projet sont des maniaques de guitare, de banjo, de violon. Chaque fois qu’on a une pause, il y a en a toujours un qui est en train de gratter sa guitare dans un coin, d’autres qui discutent de musique… Ce sont tous des passionnés.»

«C’est pour cette raison que j’adore être à l’avant d’une émission comme celle-là. On aime présenter la relève, de nouveaux artistes qui méritent d’être vus et qui n’ont pas nécessairement les moyens et les outils de se montrer, de se donner du profil, parce qu’il y a tellement de gros noms qui prennent toute la place. On est près du sol, avec cette émission. C’est fantastique!»

Chanter avec son idole

L’aventure de Pour l’amour du country roule depuis 2001. Elle a connu une pause d’un an au milieu des années 2000, mais n’en est revenue que plus forte par la suite, devenant le titre ayant connu la plus longue durée de vie sur la chaîne ARTV.

Le producteur François Savoie, de Connections Productions, avait déjà collaboré avec Patrick Norman dans le passé et se promettait de faire équipe avec lui à nouveau un jour; il a sauté sur l’occasion lorsque l’idée de Pour l’amour du country a commencé à flotter dans l’air. D’abord un peu nerveux de devoir apprivoiser le métier d’intervieweur, l’auteur-compositeur a rapidement pris ses aises et, depuis, «c’est le bonheur total», aux dires du principal intéressé. «Maintenant, tout baigne dans l’huile. Au début, on ne se posait pas la question à savoir si on ferait ça longtemps. On a simplement pris le plaisir qui passait. On se concentrait sur le moment présent. Il n’ y a pas d’autre façon de vivre, de toute manière.»

Toutes les prestations de Pour l’amour du country sont enregistrées au printemps, à Moncton, au Nouveau-Brunswick, devant public. Plusieurs bons amis de Patrick Norman, comme Michel Rivard, Pierre Bertrand ou Richard Séguin, ont souvent fait le voyage, simplement pour s’amuser dans ce contexte de franche camaraderie. Même ses enfants ont poussé la chansonnette avec lui devant la caméra. Cette année, l’hôte accueillera notamment Zachary Richard, Annie Blanchard, Daniel Boucher, Bourbon Gauthier, Jeff Smallwood, Florent Vollant, Dani Daraîche, Wilfred LeBouthillier, Vincent Vallières, Laurence Hélie et Tire le coyote.

Qui plus est, Patrick Norman a eu la chance de partager le micro avec une icône, l’Australien Tommy Emmanuel (de son vrai nom William Thomas Emmanuel), un musicien dont la versatilité fait l’envie de tous ses semblables. Tommy Emmanuel était un protégé de Chet Atkins, légende du country américaine décédée en 2001 et plus grande inspiration à vie de Patrick Norman. Ce dernier avait réalisé un rêve, en 1991, en jouant quelques heures avec Chet Atkins. Selon Norman, Tommy Emmanuel n’est rien de moins que l’héritier spirituel de Chet Atkins.

«Passer la journée avec son idole, c’est quelque chose», s’émeut la voix de Quand on est en amour.

Chose certaine, Patrick Norman est probablement la personne la mieux placée pour affirmer que le country se porte à merveille dans la Belle Province.

«Pendant une longue période, le country a été tassé, repoussé, ridiculisé, analyse-t-il. C’a passé par toutes les sauces. Mais on ne pouvait pas continuer à faire ça, parce que c’était d’insulter les gens. Les gens, ce sont eux qui font vivre le pays, qui transmettent ces chansons de génération en génération. Le country est une musique qui nous appartient, qui fait partie de nos racines. On vient de là. Elle renferme des messages extraordinaires et continue d’évoluer, de propager l’espoir et l’amour. Le country parle de la vie, avec ses hauts et ses bas, ses peines, ses misères, ses grandes joies…»

Chanter Noël à l’Oratoire

Après 45 ans de carrière, Patrick Norman surfe présentement sur une vague extrêmement favorable. Il vient de lancer le 29e album de sa discographie, Après la tombée du rideau. «Ça n’annonce en rien ma retraite!», prévient en riant celui qui s’est allié les jeunes talents de Samuel Joly, Marie-Pierre Arthur et François Lafontaine de Karkwa, entre autres, pour fignoler son récent matériel. Des créateurs dans lesquels Patrick Normand avoue se reconnaître.

«Pour moi, la musique, c’est intemporel, juge-t-il. Ça n’a pas d’âge. C’est le fil conducteur, la connexion se fait tout le temps. Ce sont de belles découvertes, qui nous emmènent toujours à des endroits insoupçonnés.»

Ce week-end, Patrick Norman sera aussi du lot des personnalités qui chanteront Noël à l’Oratoire Saint-Joseph, avec les Petits Chanteurs du Mont-Royal, pour le spectacle Un Noël étoilé. Michel Louvain, Maxime Landry, Renée Martel, Chantal Pary et le jeune David Thibault, imitateur d’Elvis, y seront eux aussi, pour entonner les plus beaux airs de ce temps de l’année.

Patrick Norman interprétera, entre autres, Souvenirs d’un vieillard et Sonne ta cloche pour dire bonjour au mois de décembre. Les concerts ont lieu le vendredi 5 décembre, à 20h, et le samedi 6 décembre, à 14h30 et 20h. Les billets sont disponibles via le réseau Admission.

Pour l’amour du country, le samedi, à 19h, dès le 6 décembre, à ARTV. Un «parcours numérique» composé de vidéos animés par Mélissa Maya Falkenberg, disponible depuis le 27 novembre, apporte un complément au contenu de l’émission, via l’application ARTVRAMA, sur iPhone et iPad.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les nouveautés télé québécoises de 2014-2015