POLITIQUE

«Suspicions» sur Radio-Canada: le porte-parole de Harper refuse de s'expliquer

27/11/2014 09:46 EST | Actualisé 27/01/2015 05:12 EST
PC

OTTAWA - L'attaché de presse du premier ministre Stephen Harper dit n'avoir «rien à ajouter» sur ses commentaires concernant les «suspicions» qu'il a dit entretenir à l'endroit de Radio-Canada.

À l'automne, Carl Vallée s'est adressé au premier directeur de l'information à la télévision de la société d'État, Jean Pelletier, pour se plaindre d'un documentaire intitulé «La droite religieuse au Canada», qui explorait les liens entre les groupes chrétiens évangéliques et le gouvernement Harper.

Au fil de ses échanges de courriels avec M. Pelletier, l'attaché de presse a écrit qu'il devenait «de plus en plus difficile pour (lui) de ne pas conclure que (ses) pires suspicions à l'égard de Radio-Canada s'avèrent vraies».

Il soutenait que le documentaire contenait des «erreurs factuelles graves» en dénonçant le fait que le point de vue du premier ministre canadien Stephen Harper n'ait pas été sollicité.

Insatisfait de la réponse du dirigeant radio-canadien, Carl Vallée a ensuite écrit qu'il allait devoir «considérer d'autres options», jugeant que «rien», dans la réponse, ne laissait présager «un changement d'attitude».

L'affaire a fini par échouer sur le bureau de l'ombudsman de Radio-Canada, Pierre Tourangeau, qui a rendu sa décision mardi en publiant les échanges de courriels entre MM. Pelletier et Vallée.

L'ombudsman a conclu que «la règle sur la présentation des documentaires d'opinion des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada» n'avait pas été correctement appliquée.

Il a néanmoins écrit: «M. Vallée est le porte-parole du premier ministre Stephen Harper et, dans le cadre de ses fonctions, il parle en son nom. Comme sans doute de nombreux Canadiens, je trouverais pertinent de savoir en quoi exactement consistent ces suspicions dont il parle.»

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a fait écho à cette remarque et demandé, dans un communiqué publié jeudi, au premier ministre de «clarifier sa position à l'égard de Radio-Canada».

Carl Vallée, qui est en déplacement avec le premier ministre au Sénégal, où se déroule le Sommet de la Francophonie, a écrit qu'il n'avait pas l'intention d'ajouter quoi que ce soit.

«Mes propos sont étayés de façon exhaustive dans le document», a-t-il écrit dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne, jeudi soir.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper