NOUVELLES

Royaume-Uni: de nouveaux pouvoirs de taxation et de dépense à l'Écosse

27/11/2014 09:14 EST | Actualisé 27/01/2015 05:12 EST
Bloomberg via Getty Images
Alistair Darling, former U.K. chancellor of the exchequer and leader of the anti-independence Better Together campaign, gestures before addressing fellow campaigners after their 'no' win in the Scottish independence referendum, in Glasgow, U.K., on Friday, Sept. 19, 2014. Scotland voted to remain in the U.K. after an independence referendum that put the future of the 307-year-old union on a knife edge and risked years of political and financial turmoil. Photographer: Chris Ratcliffe/Bloomberg via Getty Images

LONDRES - Les principaux partis politiques britanniques se sont entendus jeudi pour accorder à l'Écosse de nouveaux pouvoirs de taxation et de dépense, en respect avec la promesse d'une plus grande autonomie faite avant que les Écossais ne votent sur leur indépendance face au reste du Royaume-Uni.

Ces concessions risquent de ne pas être suffisantes pour les indépendantistes écossais les plus intransigeants, mais elles pourraient avoir des conséquences à long terme en faisant du Royaume-Uni un État plus fédéré un peu moins structuré.

Lors du référendum du 18 septembre, 55 pour cent des Écossais ont décidé de rester au sein du Royaume-Uni, contre 45 pour cent qui ont opté pour l'indépendance.

Depuis ce moment, une commission composée de politiciens écossais et britanniques étudie différentes propositions pour concrétiser la promesse faite par le camp anti-indépendance pendant les dernières semaines de campagne, au moment où les sondages témoignaient d'une hausse des appuis à la séparation.

Le plan publié jeudi accorderait au Parlement écossais, à Édimbourg, le pouvoir de déterminer du taux d'imposition du revenu et de conserver les recettes dans les coffres écossais. L'Écosse obtiendrait aussi de nouveaux pouvoirs concernant les dépenses sociales.

Le premier ministre britannique David Cameron est d'avis que ces concessions remplissent la promesse faite pendant la campagne, tandis que le chef adjoint de l'administration écossaise indépendantiste, John Swinney, estime qu'elles ne correspondent pas aux attentes des Écossais.

Ces propositions seront enchâssées dans un projet de loi présenté au Parlement britannique en janvier. D'autres régions du pays, et même certaines grandes villes, pourraient alors réclamer des pouvoirs similaires.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le décompte en Écosse