DIVERTISSEMENT

Fin du doublage au Québec de la série «House of cards»?

25/11/2014 09:08 EST | Actualisé 25/11/2014 09:08 EST
Radio-Canada.ca

Une mauvaise surprise attend peut-être les amateurs québécois de la série House of cards. La troisième saison de la série pourrait ne pas être doublée au Québec.

L'équipe de doublage de Technicolor, qui assurait l'adaptation québécoise des autres saisons de House of cards, a appris vendredi dernier qu'elle ne travaillerait pas sur la troisième saison.

Cela pourrait signifier la fin de l'adaptation québécoise de la populaire série. Netflix n'ayant pas encore annoncé si elle confiera le doublage à une autre entreprise d'ici, il est fort probable que les abonnés québécois de Netflix aient droit à la version de House of cards doublée en France.

Vous n'entendrez donc pas les voix de Jacques Lavallée et d'Anne Dorval dans les rôles de Frank et de Claire Underwood à la sortie de la prochaine saison, prévue pour février 2015. .

La série House of cards fait figure d'exception dans un marché où la grande majorité des séries américaines ne bénéficie pas d'une adaptation québécoise.

Technicolor, qui produisait le doublage de la version québécoise dans ses studios de Montréal, refuse de commenter un dossier en particulier. Son vice-président des opérations à Montréal, Jean Ducharme, indique toutefois que la concurrence internationale est de plus en plus féroce.

« Ça arrive assez souvent, ça n'a rien d'exceptionnel, explique Jean Ducharme. Il faut comprendre que la concurrence des pays francophones est de plus en plus forte. »

De nouveaux joueurs dans l'industrie

Si le Québec a toujours eu comme principaux concurrents la France et la Belgique, les pays du Maghreb et même Israël ont récemment créé leur propre industrie de doublage.

Cette nouvelle réalité du marché a fait baisser les prix et, du même coup, les marges bénéficiaires des entreprises de doublage. C'est donc toute une industrie qui a été fragilisée.

house of cards

Le portrait n'est toutefois pas entièrement sombre. Si le nombre de contrats est très variable d'une année à l'autre, Technicolor connaît en ce moment une période très occupée, explique Jean Ducharme.

L'annonce de la réduction des crédits d'impôt provinciaux sur la production cinématographique arrive, en revanche à un bien mauvais moment.

« C'est un élément parmi d'autres, mais c'est important. Nous sommes intervenus à la commission Godbout sur la fiscalité québécoise, nous attendons des réponses. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 séries télé à découvrir