DIVERTISSEMENT

International Emmy Awards: Fabienne Larouche se promet de fêter (ENTREVUE)

24/11/2014 10:58 EST | Actualisé 24/11/2014 10:58 EST
Facebook - Fabienne Larouche

Gagnera, gagnera pas? Qu’importe. Que 30 vies rafle les honneurs ou pas, ce soir, dans la catégorie Telenovela aux International Emmy Awards, Fabienne Larouche a bien l’intention de festoyer en grand. D’autant plus que Karine Vanasse, vedette de la saison soumise et nommée, célèbre en ce 24 novembre son 31e anniversaire, et accompagnera la délégation radio-canadienne à la grande soirée new-yorkaise.

«On se la joue big, crâne l’auteure et productrice en riant. L’an dernier, on était un peu gênés, mais cette année, check-nous bien! On n’a pas de complexes! On s’en va là-bas, toute la gang, et on va tripper. Et même si on ne gagne pas, on va fêter Karine, et c’est tant mieux…»

On peut certes dire que le métier commence à rentrer pour Fabienne Larouche et ses collègues de la boîte Aetios en ce qui a trait aux International Emmy Awards. 30 vies s’est frayé un chemin à travers les 10 catégories, de quatre finalistes chacune, pour une deuxième année consécutive, à cet événement qui glorifie les meilleures productions de la télévision internationale. Cet automne, 30 vies concourt notamment contre des titres des Philippines et du Portugal, et se mesure aussi à la fiction brésilienne qui l’avait emporté en 2013, Precious Pearl.

Pour être considéré comme une «telenovela», un feuilleton quotidien doit être en ondes plus de 20 heures par année. Avec ses 120 demi-heures étalées de septembre à mai, 30 vies remplit largement le critère. Le gala aura lieu ce lundi, dans une salle du prestigieux New York Hilton Midtown, mais ne sera diffusé nulle part à la télévision ou sur le web.

«La catégorie appartient aux Brésiliens, on l’a vu l’an dernier, précise Fabienne Larouche, qui siégeait sur le jury des International Emmy Awards en 2010. Mais l’an dernier, il y avait deux émissions qui venaient du Brésil. Cette année, il y en a juste une. C’est une bonne chose pour nous. Mais, simplement d’être là, c’est formidable. Ça veut dire qu’ils apprécient notre travail.»

Une vitrine sur le monde

Après le passage de Fabienne Larouche, Michel Trudeau, coproducteur chez Aetios, et toute leur équipe dans le luxueux protocole des International Emmy Awards, le concept de 30 vies a trouvé preneur en Allemagne, les Français ont l’œil dessus et ça sent bon également du côté des États-Unis.

«On a maintenant une agence américaine, explique Fabienne Larouche. Pour nous, c’est une vitrine incroyable à travers le monde. Nous, on doit être capables d’exporter notre CV. C’est important d’être vus ailleurs.»

La créatrice en est convaincue, la dynamique élève-parent-professeur qu’elle transpose à l’écran est de nature universelle et peut trouver une résonnance chez les êtres humains de tous les pays.

«On retrouve ce triangle de la réussite partout, estime-t-elle. C’est international. Le décrochage scolaire intéresse autant les Français que les Italiens et les Américains… Ça touche tout le monde.»

Bien sûr, on souhaite que la notoriété de Karine Vanasse, de plus en plus grande à travers la planète grâce à son rôle dans Revenge (Vengeance en français), rejaillisse sur 30 vies et inspire les décideurs des International Emmy Awards.

«C’est un bel opus qu’on a avec Karine, se réjouit Fabienne Larouche. Quand elle a commencé à tourner avec nous, elle revenait ici forte de son expérience américaine, après avoir fait Pan Am. On envoie presque toujours les quatre premiers épisodes, qui font connaître le personnage. Dans cette saison, on apprend que Maxim Bouchard (personnifiée par Vanasse) a des problèmes de santé.»

«Karine et moi, on s’apprécie beaucoup. Mais je dois dire que chaque série, avec un acteur ou une actrice différent, apporte quelque chose d’unique en soi. On est partis avec Marina (Orsini), après, il y a eu Guillaume (Lemay-Thivierge), Élise (Guilbault), Karine, Mariloup (Wolfe), Benoît (Brière)… Là, on termine la saison de Mélissa (Désormeaux-Poulin) dans trois semaines et, en janvier, on va avoir Émile (Proulx-Cloutier). Chacun a sa façon d’interpréter son personnage. On s’améliore à chaque fois, je pense.»

Notons que Claude Legault est également cité à cette 42e édition des International Emmy Awards, dans la catégorie Best performance by an actor, pour sa prestation dans le premier épisode de la deuxième saison de 19-2, celui de la fusillade en plan-séquence dans une école secondaire.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

30 vies - Émile Proulx-Cloutier