NOUVELLES

Vives inquiétudes après les attaques informatiques de la fin de semaine à Ottawa

24/11/2014 07:10 EST | Actualisé 24/11/2014 12:07 EST
Capture d'écran

Des pirates informatiques qui se réclament de la nébuleuse Anonymous revendiquent une série de cyberattaques qui ont touché différents sites web canadiens depuis vendredi.

Lundi matin, le site web de la police et d'Ottawa était toujours paralysé. Le service a été restauré sur le site de la Ville d'Ottawa un peu après 9 h.

Les sites web de la Cour suprême du Canada et de la police de Toronto ont aussi été momentanément paralysés au cours de la fin de semaine. Des menaces ont également été proférées à l'endroit des sites web du Parlement canadien et du Parti conservateur du Canada.

Les auteurs des attaques se cachent derrière le pseudonyme Aerith. Ils disent agir pour se porter à la défense d'un adolescent arrêté en mai dernier. Celui-ci est accusé d'avoir fait une trentaine de faux appels d'urgence.

Le père du garçon dit avoir été contacté par des membres d'Anonymous, qui affirment avoir des preuves selon lesquelles son fils est innocent. Les responsables des attaques disent avoir l'intention de laver la réputation du jeune homme.

Pas de données compromises

Selon le maire d'Ottawa, Jim Watson, les données des citoyens n'ont pas été compromises.

L'attaque du site de la Ville d'Ottawa était une attaque de type DNS, qui a visé l'entreprise qui gère la redirection du nom de domaine Ottawa.ca.

Les sites des services de police de Toronto et d'Ottawa auraient plutôt été visés par des attaques par déni de service distribué (DDoS), un type d'attaque plutôt rudimentaire, qui consiste à envoyer de très nombreuses requêtes de branchement simultanées à un site web, dans le but de le paralyser.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

8 astuces pour sécuriser sa vie privée en ligne