POLITIQUE

Négociations sur le nucléaire iranien: Kerry soumet de nouvelles propositions

21/11/2014 04:24 EST | Actualisé 21/01/2015 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this Aug. 12, 2014 file photo, U.S. Secretary of State John Kerry gestures as he speaks to the media during a press conference at the conclusion of the AUSMIN talks at Admiralty House in Sydney. U.S. Secretary of State Kerry’s address to Hawaii’s East-West Center think tank this week drew attention primarily for its focus on the need for a constructive relationship with China to ensure regional peace and stability. However, Kerry touched also on U.S. relationships with four other key players in the region - Australia, Indonesia, Vietnam and the Philippines - some of them locked in contentious disputes with Beijing. (AP Photo/Dan Himbrechts, File)

VIENNE, Autriche - Le secrétaire d'État des États-Unis a rencontré son homologue iranien à Vienne, vendredi, même s'il avait annoncé plus tôt dans la journée qu'il se retirait des négociations sur le programme nucléaire de l'Iran.

John Kerry aurait soumis de nouvelles propositions à Mohammad Javad Zarif dans le but d'arriver à une entente, selon l'agence de presse officielle iranienne, IRNA.

Les négociateurs des États-Unis, de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne tentent de réduire la capacité nucléaire de l'Iran, afin que le pays ne puisse pas construire des armes atomiques. L'Iran nie vouloir se doter de telles armes, mais poursuit les négociations pour que les pays occidentaux lèvent leurs sanctions à son égard.

Un communiqué des États-Unis publié plus tôt vendredi indiquait pourtant que M. Kerry quitterait Vienne pour une durée indéterminée afin de se rendre à Paris. Un autre communiqué publié plus tard a précisé que le secrétaire d'État se réunirait avec M. Zarif et l'ancienne représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton.

M. Zarif aurait lui aussi reporté ou annulé son départ prévu pour Téhéran. Un négociateur iranien non identifié a expliqué à IRNA que le ministre iranien des Affaires étrangères restait à Vienne et que «les négociations allaient continuer». Il a ajouté que les propositions des États-Unis n'allaient pas encore assez loin.

Les États-Unis consulteront leurs alliés européens à Paris, est-il écrit dans le communiqué américain. Le ministre des Affaires étrangères britannique Philip Hammond a déjà quitté Vienne, mais le ministre français Laurent Fabius était encore dans la capitale autrichienne vendredi.

«Nous avons encore beaucoup de chemin à faire si nous voulons arriver à une entente avant la date limite», a souligné M. Hammond.

Plusieurs s'attendent à ce que les négociateurs ne parviennent pas à un accord avant la date butoir de lundi, en raison de désaccords sur l'ampleur de la diminution de la production nucléaire iranienne.

L'Iran et les six autres pays devront décider prochainement s'ils prolongeront les tractations après lundi ou s'ils les ajournent à une date ultérieure. Ils pourraient aussi décider de rompre les négociations, mais les chances de voir un tel scénario se concrétiser sont plutôt faibles.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Crise sur le nucléaire iranien : les grandes dates