NOUVELLES

Un étudiant belge veut lancer le drone ambulance (VIDÉO)

16/11/2014 12:55 EST | Actualisé 16/11/2014 12:55 EST

Un étudiant belge de 23 ans a mis au point un prototype de "drone ambulance".Venant de finir ses études à l'université de la technologie de Delft, il est actuellement à la recherche d'un financement pour sa création, qui pourrait sauver des vies.

Son nom, Alec Momont. Son but, simplifier l'accès aux soins d'urgence, qui souffre souvent d'un manque de rapidité à cause de la circulation routière notamment. Si l'ambulance a cet avantage qu'elle peut transporter les personnes jusqu'à l'hôpital de manière rapide, avec à disposition, le matériel de premier secours permettant d'assister une victime dans les plus brefs délais, Alec note que le temps que celle-ci met à arriver sur place est aussi un facteur décisif.

Des minutes qui peuvent sauver des vies

Avec son drone, c'est du temps de gagné. L'engin volant est équipé d'une trousse d'urgence, qui peut permettre à la personne souffrante de recevoir une aide en un temps record, la machine pouvant se déplacer jusqu'à 100 km/h. La vidéo ci-dessus explique comment fonctionne le drone, qui donne au passage les instructions nécessaires à la personne qui le réceptionne.

Si ce concept révolutionnaire pourrait en effet permettre un accès plus rapide aux secours lorsqu'une personne nécessite une ambulance, le drone ne peut pas remplacer celle-ci. Il serait donc un complément aux secours déjà existants. De même, le drone ne serait envoyé que dans certaines situations, dans lesquelles l'assistance d'un personnel médical qualifié n'est pas indispensable. Alec Momont détaille d'ailleurs les situations dans lesquelles le drone peut se révéler indispensable en terme de gain de temps. Noyade, insuffisance cardiaque, problèmes respiratoires, traumatismes... Le drone est équipé d'un défibrillateur, de médicaments et d'un système d'aide respiratoire suffisamment compacts.

Il rappelle qu'en Europe, 800 000 personnes par an sont victimes d'un arrêt cardiaque et que seules 8% d'entre elles s'en sortent.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Des châteaux français pris en photo par un drone