NOUVELLES

Direction du Parti québécois : Bernard Landry appuiera PKP

15/11/2014 10:28 EST | Actualisé 15/11/2014 10:29 EST
RCQC

Pierre Karl Péladeau pourrait compter sur un appui de taille dans la course à la direction du Parti québécois. L'ancien premier ministre Bernard Landry admet qu'il appuiera son ami, si ce dernier se présente.

En attendant que le secret de polichinelle se confirme, Bernard Landry était l'invité d'une fête organisée en son honneur par le député de Saint-Jérôme, samedi soir.

« Il y a de fortes probabilités qu'il se présente, alors il y a de fortes probabilités que je l'appuie », a laissé tomber l'ancien chef péquiste, devant la Maison de la culture, à Saint-Jérôme. Selon les informations dévoilées lundi par Radio-Canada, l'ancien premier ministre aurait déjà offert à Pierre Karl Péladeau d'être présent lors de l'annonce officielle de sa candidature.

Plus qu'une célébration, cette fête revêt un aspect symbolique pour les observateurs politiques. La liste d'invités pourrait révéler certains des appuis qu'a le potentiel candidat à la succession de Pauline Marois.

Déjà cet après-midi, il a été possible d'avoir un aperçu de ceux qui manqueront la fête du député péquiste, alors qu'un forum sur la souveraineté se déroulait à Laval, sur le campus de l'Université de Montréal.

« Oui, il a pris la peine de m'envoyer une invitation, évidemment parce que je connais bien M. Landry. J'ai fait parvenir un mot en honneur à notre ancien premier ministre, peut-être qu'il sera lu ce soir. »

— Alexandre Cloutier, candidat à la course à la chefferie et député du Lac-Saint-Jean

« Je n'ai pas eu d'invitation, et deuxièmement, je ne veux pas donner mon appui à aucun candidat. Je ne veux pas non plus laisser partir des rumeurs. »

— Sylvain Gaudreau, député de Jonquière

Un sondage favorable à PKP

Selon un sondage Léger-Le Devoir publié samedi, Pierre Karl Péladeau obtient une avance majeure sur ses rivaux, avant même de s'être lancé dans la course.

Les données compilées démontrent qu'il est le seul candidat qui mousserait les intentions de vote des Québécois pour le PQ, qui passeraient alors de 26 % à 36 %. À l'opposé, dans un scénario où Jean-François Lisée devient chef, c'est 20 % des électeurs qui voteraient pour le PQ. La marge d'erreur du sondage est de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

« C'est vrai que les sondages sont très favorables. Je suis honoré de la confiance que me témoignent les militants péquistes », a déclaré le principal intéressé.

D'autres lisent néanmoins les résultats du sondage de façon plus prudente. « Vous savez que les sondages, on ne les demande jamais en détail. C'est une photo prise à un moment X », souligne la députée péquiste de Joliette, Véronique Hivon.

Pour sa part, Alexandre Cloutier y note plutôt une progression en sa faveur, ce dont il se réjouit.

Avec les informations de Louis-Philippe Ouimet

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?