POLITIQUE

PKP en mode séduction à Québec

12/11/2014 11:47 EST | Actualisé 13/11/2014 09:23 EST
CP

QUÉBEC - Le candidat pressenti à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a été accueilli en sauveur à l'assemblée générale du parti dans Charlesbourg où il avait été invité à prononcer un discours mercredi soir. Pendant plus d'une heure, PKP a usé de tous ses charmes devant un public pendu à ses lèvres.

Le député de Saint-Jérôme a fait son entrée sous les applaudissements dans l'église Saint-Pierre-aux-Liens de Charlesbourg. «On veut un pays», scandaient les partisans.

L'ex-patron de Québecor a pris la balle au bond en répétant plusieurs fois au cours de la soirée son souhait de «faire du Québec... un pays» sur le ton utilisé lors de l'annonce de sa candidature au printemps dernier. PKP a même levé le poing pour se moquer des critiques qui l'ont accusé d'avoir fait dérailler la campagne du PQ.

Visiblement à l'aise, rieur, séducteur, il s'est exprimé sans notes devant plus de 200 militants péquistes. Le contraste était frappant avec le député plutôt réservé qui fait ses premières armes à l'Assemblée nationale et qui, encore récemment, répondait aux questions des journalistes avec parcimonie.

D'humeur badine, il s'est même dandiné en envoyant la main pour imiter sa conjointe, Julie Snyder, animatrice à l'émission Le Banquier. «'Bonsoir les beautés', c'est comme ça qu'elle fait, hein?», a lancé PKP en riant de bon coeur avec la foule.

Malheureusement, la caméra de Radio-Canada, la seule présente, n'a pas été autorisée à filmer la scène.

Terrain conquis

Partout où il passe, Pierre Karl Péladeau éclipse ses adversaires. À la Conférence nationale des présidents du PQ en octobre dernier, tous les regards étaient tournés vers lui quand il a fait son entrée dans le lobby. À l'Assemblée nationale, les journalistes interrompent parfois un point de presse pour s'agglutiner autour du député de Saint-Jérôme. Le chef de la CAQ a récemment vécu l'expérience, de même que son adversaire présumé à la chefferie, Jean-François Lisée.

Mais à Québec, Pierre Karl Péladeau était particulièrement en territoire conquis. Cinq présidents d'exécutif, sur onze circonscriptions dans la région, ont récemment publié une lettre ouverte pour l'inviter à se porter candidat. C'est l'un d'eux, Denis Martel, qui l'avait invité à prendre la parole mercredi soir. «Je suis plutôt excité», a-t-il affirmé, fébrile, au moment de présenter Pierre Karl Péladeau.

«Vous êtes mon idole», a lancé un jeune homme à l'arrivée du député.

Alors que l'assemblée générale attire généralement une cinquantaine de personnes, selon les organisateurs, la présence de M. Péladeau a permis de faire salle comble. «Ce qui m'étonne, c'est qu'il y a beaucoup de jeunes», a souligné Gaston Letarte, militant péquiste de la première heure.

Dans l'assistance, on ne tarissait pas de bons mots pour celui qui pourrait prendre la tête du PQ. «Monsieur Péladeau va insuffler un nouveau souffle au parti, a dit Gilles Boulerice, haut fonctionnaire à la retraite. On a besoin d'un homme d'affaires. Un pays, faut que ce soit géré comme une entreprise.»

Une autre partisante, Isabelle Couture, a souligné le «leadership» de PKP. «Il est clair sur la souveraineté», a renchéri sa fille, Catherine.

Un seul militant a évoqué le conflit d'intérêts potentiel du député, qui demeure actionnaire de contrôle de Québecor. «Ce n'est pas une entreprise de blé d'Inde», s'est inquiété Philippe Lessard, qui disait être venu «pour me faire convaincre».

Politicien en formation

Pour sa part, Pierre Karl Péladeau a tourné en dérision le conflit d'intérêts évoqué par ses adversaires à l'Assemblée nationale. «Je lisais le Journal de Montréal l'autre jour... j'ai encore le droit de lire le Journal de Montréal, ça ne me place pas en conflit d'intérêts?», a-t-il demandé à la foule. Il a plus tard réaffirmé qu'il n'a pas l'intention de «vendre les actions que mon père m'a laissé», sous les applaudissements nourris des militants.

PKP a touché plusieurs cordes sensibles des résidants de la région en parlant longuement d'entrepreneuriat, de son père, de son amitié avec le chanteur Sébastien Ricard de Loco Locass et même... des Nordiques. «Je vois un partisan des Nordiques de Québec, vive les Nordiques», a-t-il lancé à l'intention d'un homme portant un chandail de la défunte équipe que Québecor souhaite ramener à Québec.

La trame de son discours, qui semblait improvisé, était sa décision de quitter les affaires pour se lancer en politique. Ce que Pierre Karl Péladeau a appelé «le sens de mon engagement» à plusieurs reprises.

L'ex-patron de Québecor a confié qu'il s'est rendu chez Pauline Marois en décembre 2012 pour lui faire part de son désir d'être candidat pour le PQ. Mme Marois était alors première ministre. PKP a lui-même suggéré d'être nommé président du conseil d'administration d'Hydro-Québec. Il a également consulté l'ex-premier ministre Jacques Parizeau avant de se lancer. «Il m'a dit que c'était une bonne idée.»

PKP et la charte

En réponse à une question du public, Pierre Karl Péladeau s'est dit plutôt favorable à la Charte de la laïcité proposée par le gouvernement Marois. Le projet aurait été bonifié en commission parlementaire, a-t-il plaidé. «Un geste semblable doit se faire quand même consensuellement, a-t-il ajouté. Ce n'est certainement pas en s'aliénant les communautés culturelles que nous allons construire un pays.»

En point de presse par la suite, il a refusé de se prononcer clairement en faveur la charte, quittant abruptement sans répondre à la question.

C'est un secret de polichinelle, Pierre Karl Péladeau devrait se porter candidat à la succession de Pauline Marois. Mercredi soir, il avait toutes les allures d'un candidat en rodage.


Pierre Karl Péladeau à Saint-Jérôme


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter