POLITIQUE

Mulcair veut régler une fois pour toute la question du harcèlement au Parlement

13/11/2014 04:04 EST | Actualisé 13/11/2014 04:04 EST
Bloomberg via Getty Images
Tom Mulcair, leader of Canada’s main opposition New Democratic Party, speaks during an interview in New York, U.S., on Thursday, March 14, 2013. During a visit to Washington this week Mulcair told U.S. lawmakers and executives that he opposes the Keystone XL oil pipeline, according to the Edmonton Journal. Photographer: Peter Foley/Bloomberg via Getty Images

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair interpelle directement le premier ministre Stephen Harper et le chef libéral, Justin Trudeau, pour tenter de régler la question du harcèlement à la Chambre des communes.

Un texte de Madeleine Blais-Morin

Il vient de leur faire parvenir une lettre dans laquelle il propose une nouvelle approche qui comprendrait notamment un nouveau code de conduite officiel concernant le harcèlement et la nomination d'un agent du Parlement indépendant responsable d'examiner les incidents rapidement et de façon non partisane.

Cette lettre survient une semaine après la suspension du caucus libéral des députés Scott Andrews et Massimo Pacetti, en lien avec des allégations de harcèlement faites par deux députées néo-démocrates.

Selon nos sources, le président de la chambre, chargé de se pencher sur cette affaire, n'a toutefois pas encore reçu de plaintes formelles de la part des deux députées du NPD.

Autres détails à venir.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

#AgressionNonDenoncee - Réactions Twitter