NOUVELLES

Montréal intente une poursuite de 12 millions$ contre ses policiers

10/11/2014 07:47 EST | Actualisé 10/11/2014 07:47 EST
Le Huffington Post Québec

La Ville de Montréal réclame 12,850 millions de dollars à la Fraternité des policiers de Montréal, à qui elle reproche d'avoir donné moins de contraventions, au cours d'une période donnée, pour faire pression sur elle.

La Ville et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) intentent ainsi une poursuite contre le syndicat de ses policiers. Ces derniers ont remis 35 % moins de contraventions au cours d'une certaine période en 2014 comparativement à la même période en 2013, selon la Ville. Cette dernière estime qu'il s'agit d'un moyen de pression du syndicat pour forcer le gouvernement du Québec à reculer sur sa réforme des régimes de retraite prévue dans le projet de loi 3.

La Ville précise que la poursuite vise à récupérer des sommes qui devraient ainsi se trouver dans ses coffres.

La Fraternité a toujours nié avoir donné une telle directive à ses policiers, mais la Commission des relations de travail a tout de même ordonné aux policiers, en septembre dernier, de donner des contraventions normalement.

Le syndicat des policiers se dit surpris de la réclamation de la Ville, et il entend la contester. La Fraternité soutient que la Ville fait ainsi la preuve que l'argent est plus important pour elle que la sécurité routière, qui s'est quant à elle améliorée de quelque 30 % à 35 %, selon elle.

« C'est aberrant, l'énergie, les ressources - tant humaines que financières - que la Ville de Montréal met dans ces recours, confie le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, quand ça fait des mois que je propose à la Ville d'aller s'asseoir quelque part ensemble, pendant un mois, pour régler la convention [collective] et la question du régime de retraite. C'est refusé chaque fois. »

« On préfère s'embourber dans des procédures qui ne finissent plus, qui vont prendre 3, 4, 5 ou 10 ans devant tous les tribunaux, mais je pense que ce n'est pas constructif », conclut M. Francoeur.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les régimes de retraite en bref