NOUVELLES

Greffe de cellules souches: le temps presse pour Marc-André Skelling

09/11/2014 03:43 EST | Actualisé 09/11/2014 03:51 EST
Radio-Canada.ca

Les jours sont comptés pour Marc-André Skelling d'East Angus qui a besoin d'une greffe de cellules souches pour espérer vaincre un cancer. Le jeune homme de 23 ans a appris par la bouche de son médecin cette semaine qu'il ne lui reste qu'un mois pour trouver un donneur.

Depuis trois ans, Marc-André se bat contre un cancer du système lymphatique. Sa famille multiplie les démarches depuis cinq mois pour trouver un donneur compatible.

  • La page Facebook de Marc-André Skelling.

Son cas est similaire à celui à la Montréalaise d'origine vietnamienne Mai Duong. Le bassin de donneurs potentiels est restreint. Pour espérer une compatibilité, ils doivent présenter un profil similaire à celui de Marc-André. Ils doivent être âgés entre 18 et 35 ans et avoir des ancêtres en provenance du Royaume-Uni.

Un cri du coeur

Après un moment de découragement jeudi, Marc-André a choisi de continuer à se battre. « J'suis un jeune qui veut vivre », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Ses parents poursuivent eux aussi la bataille pour trouver un donneur. « Imaginez la personne qui pourrait se dire qu'elle a sauvé une vie. Ça doit être tellement grand comme sentiment », fait valoir la mère du jeune homme, Muguette Skelling.

Au cours des prochains jours, la famille passera du temps dans des lieux publics pour sensibiliser la population et inciter des citoyens à commander une trousse d'Hema-Québec. Samedi, les parents du jeune homme seront au cinéma Galaxy de Sherbrooke.

Au Québec, les personnes en bonne santé qui souhaiteraient donner des cellules souches peuvent consulter le site d'Héma-Québec pour obtenir toutes les informations sur la façon de s'inscrire au registre des donneurs de cellules souches. Ailleurs au Canada, on peut consulter le site de la Société canadienne du sang.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les aliments qui limitent les risques de cancer