NOUVELLES

Des djihadistes appellent au meurtre du Navy Seal qui a tué Ben Laden

07/11/2014 09:43 EST | Actualisé 07/11/2014 09:46 EST
AP

Des djihadistes lancent un appel aux musulmans d'Amérique pour faire assassiner Robert O'Neil, le soldat d'élite des Navy Seal qui a déclaré dans les médias être celui qui a tué Oussama ben Laden.

Robert O'Neill, 38 ans, fait les manchettes des grands quotidiens du monde après avoir affirmé jeudi au Washington Post qu'il avait tué, d'une balle dans la tête, le chef d'Al-Qaïda, lors d'un raid héliporté mené le 2 mai 2011 à Abbottabad, au Pakistan.

Sans tarder, des organisations terroristes musulmanes et des groupes de djihadistes ont fait circuler la photo de Robert O'Neil sur Internet et les réseaux sociaux, demandant aux musulmans d'Amérique de venger la mort du chef et fondateur d'Al-Qaïda.

Selon le service de surveillance des activités islamistes sur Internet SITE, plusieurs menaces de mort et appels au meurtre de l'ex-soldat américain ont été diffusés en anglais et en arabe sur Twitter et sur le forum des jihadistes al-Minbar.

« Votre chance d'accéder au Paradis »

« Nous enverrons aux loups solitaires en Amérique la photo de ce Robert O'Neill qui a tué Cheikh Oussama ben Laden... », peut-on lire sur ce forum. Un autre message déclare : « À vous très chers musulmans aux États-Unis d'Amérique, voilà votre chance d'accéder au Paradis », rapporte SITE.

Il est très rare et inhabituel que l'identité d'un soldat ayant participé à des opérations secrètes soit divulguée dans les médias.

Les troupes d'élite américaines sont traditionnellement soumises au secret le plus strict. Toutefois, Robert O'Neil, 38 ans, a décidé de confirmer au Washington Post que c'était bien lui qui avait tué Oussama ben Laden, après une fuite orchestrée par un site internet d'anciens Navy Seals.

Cette prétendue fuite est survenue après l'annonce de la diffusion sur Fox News, les 11 et 12 novembre, d'un documentaire dans lequel Robert O'Neil dévoile son identité.

La version de Robert O'Neil

Dans son récit au Washington Post, Robert O'Neil, originaire du Montana, relate qu'il se trouvait en deuxième position à la tête du commando qui a mené l'assaut contre l'immeuble où se cachait Oussama ben Laden.

D'après l'ex-militaire, le premier soldat a manqué son tir lorsqu'ils ont découvert le chef d'Al-Qaïda dans une chambre. C'est à ce moment que O'Neil a reconnu Oussama ben Laden qui tentait de se protéger en tenant une femme devant lui.

Le Navy Seal lui a alors tiré une balle dans la tête, selon le récit publié par le Washignton Post.

Selon le Post, O'Neill s'est longtemps demandé s'il allait révéler son nom, qui circulait déjà dans les milieux militaires et du Congrès et qui était connu d'au moins deux organes de presse.

L'homme aurait pris la décision de dévoiler son identité après avoir rencontré des familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001.

Cette sortie publique a valu à Robert O'Neil de vives remontrances du commandement militaire américain qui voit d'un très mauvais œil la révélation de ces « exploits » militaires.

Le chef des Navy Seals, le contre-amiral Brian Losey, a adressé en début de semaine un sévère avertissement à ceux qui violent la tradition du secret de cette force.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique