DIVERTISSEMENT

«Ce soir tout est permis» à V: le happening endiablé d'Éric Salvail

05/11/2014 01:44 EST | Actualisé 05/11/2014 01:51 EST
Courtoisie Attraction Images

Éric Salvail n’a pas fini de créer des flammèches sur les ondes de V. Son nouveau plateau, Ce soir tout est permis, immense fiesta où les artistes s’éclatent en chantant, en dansant, en mimant, en improvisant et même en se contorsionnant devant un public en délire, sera sans doute l’un des succès retentissants de la saison 2014-2015.

Tous les éléments sont réunis pour faire lever le gâteau: un animateur adoré des téléspectateurs, des joueurs célèbres, un concept populaire dans 17 pays (et transporté pour la première fois au Canada), des jeux drôles et divertissants, un décor magnifique, et une case-horaire (le lundi, à 20h, dès le 17 novembre, dans le bloc de programmation des Lundis tellement drôles, en remplacement d’Allume-moi) qui offre un joli contrepoids aux Yamaska et L’Auberge du chien noir déjà implantés depuis longtemps dans ce créneau aux antennes rivales.

Ce soir tout est permis se déclinera en rendez-vous événementiels: quatre seront présentés à compter de novembre, quatre autres seront en ondes en janvier et, finalement, les cinq derniers seront diffusés en avril, quand la deuxième saison de Ces gars-là sera terminée, pour un grand total de 13 éditions de 60 minutes chacune.

Ce soir tout est permis à V

Ambitieux projet

On n’a aucun mal à croire Nathalie Brigitte Bustos, directrice stratégie, contenu et programmation de V, lorsqu’elle affirme que Ce soir tout est permis est le plus gros investissement de l’histoire de la station. Et, tant du côté de V que du producteur Attraction Images, on compte mettre le paquet pour faire exploser les cotes d’écoute. Dès que le format a été acquis au MIPCOM de Cannes, il y a deux ans, le nom d’Éric Salvail s’est imposé à la direction de V pour assurer l’animation.

Mais il fallait d’abord convaincre la vedette de TVA de changer de camp et, pour ce faire, on lui a offert le talk-show En mode Salvail en guise d’argument de persuasion. D’ailleurs, la mise à feu de Ce soir tout est permis était à l’origine prévue dans la grille 2013-2014 de V, mais on a préféré laisser Éric Salvail s’installer confortablement en fin de soirée et roder sa nouvelle tribune avant de larguer cette deuxième bombe.

Ce soir tout est permis est l’adaptation québécoise de la formule française Vendredi, tout est permis avec Arthur et s’apparente en quelque sorte à une partie de Cranium, qu’on joue entre amis et pendant laquelle on doit se mouiller en mettant à profit nos «talents» artistiques. Éric Salvail lance toutes sortes de défis à ses invités dans un happening de variétés à grand déploiement. Et quand on dit «à grand déploiement», on n’exagère pas; le studio d’enregistrement de Ce soir tout est permis, établi chez Scène Éthique, à Varennes, s’étend sur 12 800 pieds carrés, et son décor représentant Montréal dans la nuit, avec gratte-ciels, pleine lune et pont Jacques-Cartier, devant un fond noir étoilé, est haut de 30 pieds.

Généralement, les spectacles de variétés du genre, comme La voix ou la première saison du Choc des générations, sont filmés aux Studios Mel’s de Saint-Hubert. Or, même les installations de Mel’s n’étaient pas assez hautes pour abriter l’imposante plateforme de Ce soir tout est permis, et sa scène penchée à 22,5 degrés, placée sur le côté, dans laquelle les concurrents doivent jouer un sketch à la fin de chaque épisode.

Dans Ce soir tout est permis, il n’y a pas de compétition, pas de pointage, pas d’argent à amasser pour une cause de bienfaisance. Aucune entrevue ou liste défilée de projets à venir. Que des personnalités connues qui lâchent leur fou sans crainte du ridicule, se taquinent et rient un bon coup.

Un aperçu du tournage

Et leur plaisir n’est pas feint. On a pu le constater vendredi dernier, jour de l’Halloween, alors que les médias étaient invités à assister à l’enregistrement d’un épisode réunissant Véronique Cloutier, Joël Legendre, Laurent Paquin, Alex Perron, Marie-Soleil Dion et Phil Roy. Les 250 spectateurs assis dans les gradins se sont allègrement bidonnés en observant leurs idoles se démener - avec beaucoup de générosité et en mettant leur orgueil de côté, il faut bien le dire - dans six des jeux du baluchon de Ce soir tout est permis, qui en contient 18 au total, tous affublés d’un titre loufoque: Alors on danse, Photomime, Alpha Yoga, Les mots interdits, Remue-méninges, Le décor penché, Le décor plaqué, La sérénade, L’impro-pub, La fièvre du lundi soir, Je m’appelle, etc. «Mais c’est donc ben épais, cette émission-là!», a lancé à un certain moment Laurent Paquin, avec beaucoup de dérision, dans le feu de l’action. Ses partenaires n’ont eu d’autre choix que d’acquiescer.

Par exemple, on a regardé Véronique Cloutier se trémousser avec énergie sur I Get Around, des Beach Boys, ou Poker Face, de Lady Gaga, et se déplacer à petits pas de danse sur une pièce de Mozart, Alla Turca From Piano Sonata No 11. On aurait cru voir Dominique Michel en jeune Nadia Comaneci au Bye Bye 1976. Joël Legendre, lui, a eu moins de chance au segment Alors on danse, en déboulant spectaculairement l’escalier de la scène penchée en tentant de suivre la mesure d’un air folklorique. Solidaires, ses camarades l’ont tous rejoint pour conclure, en groupe, sur I Was Made For Loving You de Kiss.

Pendant la portion du Photomime, nos valeureux participants ont dû mimer une saucisse, un labyrinthe, un saumon, un grille-pain, Sylvester Stallone, un pouding chômeur, le Titanic, un homme-grenouille, un pet de sœur, un receveur, un totem, Darth Vader, une poussette et un papillon. «Je n’ai jamais vu autant de gens tricher dans un même jeu», a gentiment réprimandé Éric Salvail à la fin de la démonstration.

Marie-Soleil Dion et Laurent Paquin n’auront jamais été aussi près l’un de l’autre que lorsqu’ils ont été forcés de former, avec leur corps, les lettres du mot «aveux», en se prêtant à l’Alpha Yoga. Au pluriel, évidemment. L’assistance était en liesse devant les efforts du duo. Imaginez maintenant les réactions quand Phil Roy et Alex Perron ont dû composer le mot «suçon» et sa cédille…

Étourdis par Claudia Primeau, championne de danse sociale, Alex Perron et Phil Roy ont fait étalage de leurs connaissances générales en répondant à des questions d’Éric Salvail pendant que la jeune femme les faisait tournoyer. «Combien font mille plus un moins deux?» ; «Comment qualifie-t-on quelqu’un qui confond les couleurs?» ; «Quel est le nom du village où est né Fred Pellerin?» ; «Quels sont les prénoms des jumeaux de Céline et René?». Ce jeu, Remue-méninges, porte bien son appellation, au propre comme au figuré.

Or, c’est véritablement la saynète du Décor penché qui a le plus généré d’hilarité, et pour cause. L’inclinaison de 22,5 degrés de l’espace de jeu, la limite supportable pour l’oreille humaine, provoque inévitablement un vertige, et les gens ont peine à ne pas tomber constamment lorsqu’ils s’y promènent. L’équipe de production pare à toute éventualité en fournissant Gravol et gingembre aux artistes avant le tournage, et un seau est placé à leur disposition, advenant un haut-le-cœur.

Imaginant répliques et retournements au gré de la narration d’Éric Salvail, Véronique Cloutier (en femme sur le point d’accoucher), Laurent Paquin (en époux maladroit), Phil Roy (en livreur de pizza) et Joël Legendre (en voisin égaré), ont donné dans le (très) burlesque, supportés par les exclamations de la foule. «C’est un hommage au Théâtre des Variétés», a spontanément déclaré Véronique Cloutier, toujours parfaite dans de tels contextes de folies.

Terrain de jeu

Marie-Christine Pouliot, productrice chez Attraction Images, se réjouit que les personnalités québécoises répondent avec autant de gentillesse à l’appel d’Éric Salvail et ses troupes de Ce soir tout est permis, en se soumettant à l’exercice sans retenue, sans se soucier de leur image.

«Les artistes oublient qu’ils sont dans une émission de télévision, a-t-elle noté. On leur dit : «faites ce que vous voulez, amusez-vous, c’est votre terrain de jeu.» Et ils en profitent pleinement. Au premier tournage, Mario Tessier est parti sans sa chemise et sa ceinture. Il enlevait un morceau à chaque question et on le faisait tirer dans le public. On était tous morts de rire!»

Plusieurs changements ont été apportés au canevas de base qu’était Vendredi, tout est permis avec Arthur. On a notamment créé de nouveaux jeux, on en a rebaptisé certains, on a recréé un décor et on a et resserré le rythme du montage.

«On voulait garder ça dynamique et que ça colle à la personnalité d’Éric, a insisté Nathalie Brigitte Bustos. Éric est quelqu’un qui réagit toujours vite, et le montage doit supporter sa personnalité. C’est un show pour lui!»

Marie-Mai, Édith Cochrane, Mélanie Maynard, Patrice L’Écuyer et Jean-Michel Anctil sont également au nombre des braves qu’Éric Salvail défiera à Ce soir tout est permis.

Ce soir tout est permis, le lundi, à 20h, à V, dès le 17 novembre.