DIVERTISSEMENT

«D pour Dieu?» de Simon Boudreault de retour: entre quête spirituelle et conte (ENTREVUE)

04/11/2014 03:07 EST | Actualisé 04/11/2014 03:18 EST
Courtoisie

Avez-vous eu la chance de voir la pièce D pour Dieu? lorsqu'elle a été présentée au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui en 2012? Qu'à cela ne tienne, vous pourrez retenter votre chance (ou la revoir) du 7 au 29 novembre aux Ateliers Jean-Brillant! Entrevue avec Simon Boudreault, l'auteur, le metteur en scène et l'interprète.

Dans cette pièce par Simoniaques Théâtre, on découvre un personnage qui se prend pour Dieu, tout simplement. Au fil du temps, des réalisations, il en doute de plus en plus. «C'est un spectacle qui traite de l'homme, de l'humanité. Plus la conscience du monde grandit, plus notre propre existence nous semble moins importante. Une phrase que j'aime beaucoup décrit bien le sentiment que j'ai envers D pour Dieu?: "Nous sommes tous seuls dans la même noirceur." Ça représente aussi la quête spirituelle du Québec.»

Plutôt profond, non? Peut-être, mais selon Boudreault, l'oeuvre est loin de tomber dans la lourdeur.«C'est une pièce que je qualifie d'humoristique, ludique, épique et poétique.» Grâce à l'apport de la marionnettiste Karine Saint-Arnaud et du musicien Éric Desranleau, la pièce est abordée avec plus de légèreté. «Ça change totalement l'ambiance. C'est comme un conte. Et c'est plaisant, puisque les gens se sentaient interpellés, de 8 ans à Janine Sutto!»

Le pourquoi du retour

Celui qui s'est fait remarquer grâce aux pièces Sauce brune, Souper et As is a décidé de présenter à nouveau la pièce D pour Dieu?, plus de deux ans après la première série de spectacles. Pourquoi? «C'est toujours l'envie d'aller rejoindre des spectateurs avec notre oeuvre. Ça donne une deuxième vie à la pièce. Quand on sent qu'il y a un intérêt de la part du public, que les gens embarquent, on a envie de se battre contre la réalité des arts au Québec. Parce que présenter 15 représentations d'un tel travail, c'est dommage.»

Au fil de ces deux années, des ajustements ont été apportés au tout. «J'ai apporté beaucoup de changements au texte. Cette pièce, c'est comme un voyage épique. C'est normal qu'elle évolue avec le temps. Avec le nouveau musicien, l'ajout d'une chanson et des petites coupures ici et là, je crois que la nouvelle version est vraiment meilleure que la précédente. Le plaisir d'une reprise, c'est aussi de pousser plus loin. Ça reste le même spectacle, mais en mieux selon moi.»

Ce qu'il y a d'incontournable dans D pour Dieu? «Je trouve déjà que la pièce est bonne, mais avec le nouveau lieu, ce sera vraiment trippant. Jouer aux Ateliers Jean-Brillant, c'est très inspirant. Quand le public va entrer dans la salle, j'ai l'impression qu'il va déjà ouvrir la porte d'un univers...»

D pour Dieu?, aux Ateliers Jean-Brillant du 7 au 29 novembre 2014

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Saison 2014-2015 du Théâtre Jean Duceppe