NOUVELLES

Canadien de Montréal: Michel Therrien affirme qu'il n'y a pas lieu de paniquer

03/11/2014 03:32 EST | Actualisé 03/11/2014 03:41 EST
Jana Chytilova/Freestyle Photo via Getty Images
OTTAWA, ON - APRIL 5: Head coach Michel Therrien of the Montreal Canadiens speaks to the media following their win against the Ottawa Senators during an NHL game at Canadian Tire Centre on April 5, 2014 in Ottawa, Ontario, Canada. (Photo by Jana Chytilova/Freestyle Photography/Getty Images)

BROSSARD _ Le Canadien n'a signé qu'une victoire à ses quatre derniers matchs, mais personne ne tire la sonnette d'alarme au sein de l'équipe.

"Il n'y a pas de panique. Personne panique icitte (sic)", a répliqué l'entraîneur Michel Therrien, lundi, en réaction à une question au sujet des problèmes criants du CH.

"Je sens un vent de panique (à l'extérieur), a-t-il renchéri, après avoir soumis ses joueurs à une séance d'entraînement intense. Des (mauvais) matchs comme celui de dimanche, ça arrive à toutes les équipes. Nous sommes très déçus et nous avons pris de très bonnes notes. Mais dans la Ligue nationale, il faut apprendre à vite passer à autre chose. Le plus important maintenant, c'est le match de mardi."

On verra de quel bois se chauffe le Canadien à l'occasion de la visite des Blackhawks de Chicago.

"On dirait que nous jouons toujours nos meilleurs matchs contre des équipes de premier plan, quand nous sommes confrontés à un bon défi", a noté le joueur de centre David Desharnais.

Les Blackhawks (6-5-1) éprouvent leur part de problèmes actuellement, ayant été blanchis 1-0 deux fois à leurs quatre dernières rencontres. Ils n'ont réussi que 29 buts en 12 matchs. Le CH a remporté ses six derniers duels en saison régulière contre eux depuis la saison 2002-03 _ les deux derniers par la marque de 2-1 en prolongation les 5 avril 2011 et 11 janvier dernier.

Pas la fin du monde

Il n'y a peut-être pas lieu de céder à la panique, mais la capacité du nouveau groupe de leadership à gérer un début de situation de crise est mise à l'épreuve. Après l'humiliante défaite de 6-2 contre les Flames de Calgary, les quatre joueurs qui arborent un A sur leur chandail ainsi que le gardien Carey Price ont été les seuls qui se sont présentés devant les journalistes.

Lundi, Max Pacioretty et Price ont de nouveau fait face à la musique, avec comme mot d'ordre de se faire rassurant.

"Une série de deux défaites, ce n'est pas la fin du monde", ont-ils martelé.

Pacioretty a admis qu'à titre de leader cette saison, il voit davantage à répandre le positivisme parce qu'il constate que des joueurs se démoralisent parce qu'ils sont insatisfaits de leur rendement.

"Tout le monde passe au travers de séquences plus difficiles. C'est important de trouver une façon de demeurer positif, tant individuellement que comme équipe. C'est l'attitude que nous devons avoir."

Desharnais a ajouté que des tempêtes sont inévitables au cours d'une saison, "il s'agit de les minimiser".

Malgré sa fiche très positive de 8-3-1, le Tricolore a étalé au grand jour des lacunes qu'elle tarde à corriger. Les lents débuts de match et le manque de combativité sont les principales. Il ferait une pierre deux coups en affichant un meilleur effort, tout simplement.

Therrien a reconnu qu'on doit "dicter davantage le jeu", ce qui permettrait également à l'équipe d'obtenir plus de supériorités numériques.

Le Canadien n'a obtenu que 33 occasions en supériorité, et il occupe la 26e place de la ligue à ce chapitre. Il en a accordé bien plus à ses adversaires, étant la deuxième pire équipe quant aux pénalités mineures reçues, avec 59. À ses six derniers matchs, il a eu 13 jeux de puissance (0-en-13) et il a dû se défendre en infériorité à 26 reprises!

Therrien est revenu sur le manque d'effort, en soulignant que les stratégies ne comptent que pour 50 pour cent des résultats.

"L'autre 50 pour cent, c'est la détermination, a-t-il avancé. La détemination de gagner les batailles individuelles, la détermination de vouloir être le premier sur la rondelle, la détermination de vouloir bloquer un lancer. Tout ça entre en ligne de compte."

Des changements?

En ce sens, l'entraîneur n'a pas écarté la possibilité d'apporter des changements à la formation. Les jeunes Jiri Sekac et Michaël Bournival pourraient être utilisés. Lundi, ils se sont entraînés en alternance au sein des troisième et quatrième trios, respectivement. Sekac remplaçait Rene Bourque aux côtés de Lars Eller et de Pierre-Alexandre Parenteau tandis que Bournival et Travis Moen ont patiné en compagnie de Manny Malhotra et de Brandon Prust.

En défense, Therrien veut voir si Andrei Markov et P.K. Subban pourront recréer la bonne cohésion qu'ils ont déjà eue ensemble.

Markov et le nouveau venu Tom Gilbert n'ont pas fait bon ménage jusqu'à maintenant. Gilbert est maintenant jumelé à Alexei Emelin tandis que Mike Weaver et Nathan Beaulieu ont formé le troisième duo à l'entraînement. Jarred Tinordi était le défenseur en trop.

"Ils (Markov et Subban) ont bien fait ensemble, a résumé Therrien. Nous verrons si l'expérimentation se poursuivra longtemps. Nous tentons de trouver des duos efficaces."

INOLTRE SU HUFFPOST

Une trame sonore pour le hockey