NOUVELLES

Les Alouettes confirment leur place en séries avec leur 6e victoire consécutive (PHOTOS)

02/11/2014 03:05 EST | Actualisé 02/01/2015 05:12 EST
Minas Panagiotakis via Getty Images
MONTREAL, QC - NOVEMBER 2: Logan Harrell #77 of the Toronto Argonauts tackles Duron Carter #89 of the Montreal Alouettes during the CFL game at Percival Molson Stadium on November 2, 2014 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Minas Panagiotakis/Getty Images)

MONTRÉAL - Ce ne fut pas nécessairement joli, mais comme ils l'ont si souvent fait au cours des dernières semaines, les Alouettes de Montréal en ont donné juste suffisamment pour vaincre les Argonauts de Toronto 17-14.

Ils se sont donc assurés d'une participation aux séries de la Ligue canadienne de football pour une 19e saison consécutive, au grand plaisir des 22 013 spectateurs qui ont bravé le vent et le froid au stade Percival-Molson.

Des touchés de Tyrell Sutton et Duron Carter, ainsi qu'un placement de 45 verges de Sean Whyte, auront permis aux Alouettes (9-8) d'inscrire cette courte victoire. Mike Bradwell a marqué l'unique touché des Argos (7-10). Swayze Walters a complété avec des placements de 21 et 25 verges, ainsi qu'un simple de 64 verges.

Les Alouettes ont donc poursuivi leur belle séquence, eux qui n'ont pas raté les séries depuis leur retour dans le circuit canadien, en 1996. Ça n'a toutefois pas été chose facile.

Tirant de l'arrière par sept points au troisième quart, l'attaque des Alouettes a marqué 10 points sans réplique pour concrétiser cette sixième victoire d'affilée, une cinquième sur sa pelouse.

Le placement de Whyte a d'abord rapproché les Oiseaux à 14-10 au tout début de la dernière période. Après que les Argonauts eurent été forcés de dégager sur leur série suivante, Jonathan Crompton (13-en-26, 251 verges, un touché) a récupéré le ballon à sa ligne de 32 et mené l'attaque jusque dans la zone des buts adverse, une série ponctuée de deux passes de 28 et 35 verges à S.J. Green et d'une autre de touché de 23 verges à Carter, qui a connu son meilleur match en carrière sur papier, mais pas à ses yeux.

«J'ai quand même perdu le ballon une fois et échappé quelques passes, a déclaré celui qui a capté 11 passes pour 181 verges, deux sommets personnels. Je dois retourner à l'entraînement et travailler plus fort.»

Afin de compléter le jeu aérien des Alouettes, qui a amassé 266 verges, l'attaque au sol a été très efficace, notamment Sutton, avec ses 135 verges récoltées en 23 courses. En tout, la course a fourni 151 verges aux Montréalais pour une attaque combinée de 417 verges.

De nouveau, la défense des Alouettes leur a permis de demeurer dans le match. En plus de limiter l'attaque des Argos à 279 verges — dont seulement 61 au sol —, Ricky Ray (26-en-35, 209 verges) a été rejoint trois fois derrière sa ligne de mêlée par Kyries Hebert, Alan-Michael Cash et John Bowman. Ray a d'ailleurs été blessé sur le sac de Bowman, quittant le match en fin de quatrième quart. Trevor Harris a alors pris la relève, mais il n'a pu orchestrer une remontée pour les visiteurs.

«C'était un match de séries pour nous, a imagé le maraudeur Marc-Olivier Brouillette. Il nous fallait la victoire et nous l'avons obtenue. Il me semblait que ça faisait longtemps que nous n'avions pas joué ici. De pouvoir compter sur nos partisans en fin de match, c'était extraordinaire.»

Jouer avec le feu

Les Alouettes ont toutefois joué avec le feu dans ce match, notamment avec deux décisions douteuses de l'entraîneur-chef Tom Higgins en situations de troisième essai, qui ont mené à 10 points.

La première a permis aux Argos de prendre les devants avant la fin de la première demie. Alors que les Alouettes faisaient face à un troisième essai et quelques pouces à franchir à leur ligne de 22, Higgins, au lieu de confier le jeu à Tanner Marsh, qui connaît énormément de succès en pareilles circonstances, a plutôt opté pour un dégagement avec un peu moins de trois minutes à faire.

Whyte a raté son botté et Chad Owens a pu ramener le ballon jusqu'à la ligne de 54 des Oiseaux. L'attaque des visiteurs a aisément franchi ces 54 verges en huit jeux, couronnés par une passe d'une verge du quart substitut Mitchell Gale à Bradwell pour permettre aux Argos de rentrer au vestiaire en avant 11-7.

La deuxième, au troisième quart, a mené au deuxième placement du match de Waters. Avec un troisième essai et trois verges à franchir de sa ligne de 25, Higgins a opté pour une feinte de dégagement. Le ballon a été remis à Jean-Christophe Beaulieu, qui n'a pu franchir que deux verges. Waters a porté la marque à 14-7 avec un botté de 25 verges. Higgins n'a jamais craint que ses décisions viennent le hanter en fin de match.

«Non, vous choisissez des jeux en étant conscients que vous ne voulez pas leur donner l'occasion de demeurer dans le match, a-t-il expliqué. De leur côté, il faut aussi leur donner le mérite qui leur revient. Ils ont réussi des jeux qui leur ont permis de garder le match serré. Ils ont fait ce qu'ils avaient à faire.

«Quant à nous, à chaque fois que nous avons eu à faire des jeux, nous les avons réussis, particulièrement en défense. Elle a stoppé leur attaque quand nous en avons eu le plus besoin. On peut évidemment faire bien mieux, et nous avons hâte de jouer du meilleur football que nous ne le faisons présentement.»